Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Avril 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars/Avril 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale des lépreux : L’émergence des nouveaux foyers hyper endémiques inquiète - 01/02/2006 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

«(…) Mon handicap n’est pas une leçon, mais une ordonnance. La lèpre se guérit, aujourd’hui en six mois. Si vous constatez une tache insensible sur le corps rendez-vous au centre de santé le plus proche». Ce message fort pathétique a été livré par le porte-parole des lépreux, Irié Bi Gohi, le dimanche 26 janvier dernier, à Agnibilékro (ville située à 280 km d’Abidjan). Et ce, au cours de la 53ème journée mondiale de la lèpre organisée dans cette cité.

Il a relevé que cette maladie invalidante ne doit plus faire l’objet de divorce dans un couple. Les populations doivent traiter les lépreux comme leurs frères et sœurs, a soutenu M. Irié Bi. Le dépistage précoce demeure le seul remède de cette maladie, selon le représentant de l’Association Raoul Follereau, Charles Mathieu. Il a précisé que 14 millions de personnes ont été guéries ces vingt cinq dernières années. «Il faut se battre à la fois pour soigner et réinsérer les anciens malades», a-t-il expliqué. Quant au président de l’Association ivoirienne Raoul Follereau, M. Diakité, il s’est préoccupé de l’état réel de la lèpre. Car depuis le déclenchement du conflit-politico-miliaire du 19 septembre 2002, il n’ y a pas eu de dépistage dans les zones nord, centre et l’ouest. De onze districts sanitaires hyper endémiques en l’an 2001, l’on est passé à vingt deux. Confirmant ainsi l’émergence de nouveaux foyers hyper endémiques.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Docteur Allah Kouadio Remi, qui présidait la cérémonie, a précisé que la lèpre est un problème de santé publique en Côte d’Ivoire. De 120.000 en 1960, le pays est passé à près de 260.000 malades avec une prévalence de 22 malades pour 10 000 habitants. Et grâce à l’effort des agents de santé et les partenaires au développement, selon le ministre Allah Kouadio, la Côte d’Ivoire a atteint au bout de treize ans, le seuil de l’élimination de la lèpre recommandé par l’OMS. C’est-à-dire moins d’un malade pour 10.000 habitants. «Malgré la diminution des cas, la lèpre reste une grave cause de morbidité et d’invalidité. Parce qu’elle sévit à l’état endémique dans notre pays», a-t-il déploré. Avant d’ajouter qu’en 2005, plus de 1000 nouveaux malades jamais traités dont 659 formes graves, ont été dépistés. Le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, a demandé aux lépreux de ne pas se décourager. Mais de faire preuve de détermination en adhérant à la stratégie de lutte contre la lèpre. Il a offert un important don de vivres et de non vivres aux malades.

Par ailleurs, le samedi 28 janvier 2006, le ministre Allah Kouadio Remi a procédé à la pose de la première pierre du logement des Sages-femmes, à Yébouakro village situé à une dizaine de kilomètres d’Agnibilékro.

Anzoumana Cissé

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !