Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Santé publique : les centres hospitaliers universitaires malades de leurs services d’urgence - 26/01/2010 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les centres hospitaliers universitaires ivoiriens ont mal à leurs services d’urgence. En effet, c’est presque dans le dénouement total que le personnel médical travaille. Conséquence, plusieurs patients décèdent, faute de place ou d’oxygène pour les premiers soins. « Nous n’avons pas de matériel pour prendre en charge les patients qui viennent en urgence », révèle Dr D. Sylvestre, un médecin qui travaille dans un service d’urgence à Abidjan. Avant de préciser qu’avec l’affluence des patients, les urgences des Chu n’ont pas suffisamment de places.

« Même quand il y a de la place, c’est le précieux produit, l’oxygène qui fait défaut. C’est donc très souvent le cœur meurtri que nous demandons aux malades d’aller dans d’autres centres médicaux », soutient Dr Kouadio Elvis.

C’est que, depuis la crise militaro-politique la situation sanitaire s’est dégradée dans le pays. De sorte que les centres hospitaliers universitaires publics ivoiriens ont vu aussi leurs problèmes se multiplier. Le Chu de Yopougon, n’a plus de service d’urgence depuis plus de 6 mois. Il est fermé. Motif ? Pour réfection.

Ainsi ce sont les urgences des Chu de Cocody et de Treichville qui ont en charge tous les patients du district d’Abidjan et de plusieurs villes de l’intérieur du pays.

« Mon grand frère qui avait une infection pulmonaire a eu une crise et avait besoin d’oxygène pour respirer. J’ai faitle tour de toutes les urgences des Chu d’Abidjan, ainsi que l’hôpital militaire de 8h à 14h45 Gmt. Il n’y avait pas de place ou d’oxygène. Finalement, il est mort dès quand il a pu avoir une place », témoigne Goliclais N’da.

Par Théodore Kouadio

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !