Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Profession infirmière : l’Ivoirien Koffi Kan primé par la Francophonie - 21/05/2010 - Notre Voie - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Ivoirien Koffi Kan, docteur en soins infirmiers, sous-directeur 2003-2008 de la formation des infirmiers, infirmières et sages-femmes spécialistes ainsi que des ingénieurs des techniques sanitaires à l’Infas, a reçu le Prix Reconnaissance du Secrétariat international des infirmiers de l’espace francophone (Sidiief), lors du 4ème congrès de cette organisation internationale, en juin 2009 au Maroc. Ce prix qu’il a obtenu avec trois autres de ses homologues, le Suisse Paul Beck et les Canadiennes Odette Roy et Suzanne Kerouac, il l’a présenté au représentant du chef de l’Etat, Pr. Boni, conseiller spécial, et à l’ensemble des infirmiers de Côte d’Ivoire, récemment, au cours de l’assemblée générale de l’Association nationale des infirmiers, infirmières et sages-femmes (Aniisfci).

Cette assemblée générale était couplée de al restitution nationale du VIème congrès mondiale du Sidiief au cours duquel ces 4 grandes figures infirmières qui contribuent de façon exemplaire à la santé des populations et au rayonnement de la profession au niveau mondial ont été récompensées.

Tirant les leçons de cette distinction, Dr. Koffi Kan a d’abord fait remarquer que malgré le manque de moyens techniques, malgré un environnement parfois hostile, les scientifiques africains démontrent bien leur capacité de compétition avec les occidentaux qui les ont pourtant devancés de plus de 200 ans. Ensuite, il a relevé que ce prix montre que la Côte d’Ivoire est sur la voie du développement des soins infirmiers en tant que science et profession. C’est un témoignage du niveau réel d’évolution de la discipline infirmière en Côte d’Ivoire, même si l’environnement administratif dans lequel évolue la pratique ne le reflète pas. En effet, a rappelé la présidente du comité d’organisation, alors que le 13 février 2008, au Palais de la présidence, le président de la République a autorisé la réorganisation de l’Infas en institut de formation et de recherche pour permettre le développement de la carrière universitaire en soins infirmiers et en biotechnologie, les projets de décrets sont restés en souffrance. L’Aniisfci a donc émis le vœu de voir réactivée la concertation interministérielle sur la base des projets de décrets déjà élaborés avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur afin que l’Infas dispose du cadre institutionnel approprié pour intégrer le système LMD.

Cette réorganisation permettra aux infirmiers et sages-femmes de se familiariser avec les outils de développement afin d’améliorer la qualité des soins que les Ivoiriens sont unanimes à décrier. D’ailleurs, le représentant du ministre de la Santé, Pr. Ehilé Basile, est d’avis avec eux, puisqu’il soutient qu’aucune institution d’enseignement supérieur ne peut échapper à cette directive (Système LMD) que tous les pays membres du Cames se doivent d’adopter avant décembre 2010. En attendant, l’Aniisfci dont Dr. Koffi Kan est le président travaille au développement de la législation et de la réglementation nécessaires pour contrôler la pratique infirmière au niveau national. Mais afin de doter l’association de moyens conséquents pour réaliser sa mission éthique, l’assemblée générale a adopté une résolution pour le prélèvement des cotisations annuelles des membres à la source dès janvier 2012. D’ici là, le bureau exécutif se donne le temps de procéder à l’information et à la sensibilisation pour l’installation de sections et sous-sections sur l’ensemble du territoire.
“A terme, a-t-il souligné, nous allons constituer l’Ordre des infirmiers et sages-femmes qui sera le garant de la qualité des soins et de la sécurité du public. Ainsi n’importe qui ne pourra plus prétendre être infirmier”.

D. Kéi

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !