Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


Suivez-nous :


LES REVUES APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Mai 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2019
Consulter la revue


BIBLIOTHEQUE MEDICALE

E. Pilly : Maladies infectieuses et et tropicales - Plus d'informationsL'E PILLY (26e édition 2018) est l'ouvrage de référence français en Infectiologie. Ouvrage collégial du Collège des universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT), cette 26e édition 2018 a été entièrement remise à jour et, pour la première fois, est en quadrichromie avec une maquette modernisée et une iconographie très riche et didactique... Plus d'informations


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Traitement du paludisme : l’OMS recommande les associations medicamenteuses - 25/11/2010 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande dans le cadre du traitement du paludisme un protocole thérapeutique basé sur les associations de trois molécules. Cette combinaison est jugée efficace à 100% par les praticiens en Côte d’Ivoire. En tout cas, c’est ce qui ressort de la soutenance de doctorat en pharmacie de Mlle Yao Aya Clarisse qui s’est déroulée récemment à Abidjan Cocody.

Selon Mlle Yao Aya Clarisse, les molécules associées permettent de guérir les malades dans un délai de 48 heures. « Pour lutter efficacement contre le paludisme nous conseillons vivement l’ARTECOM, qui est une association des trois molécules », a-t-elle recommandé. Avant d’indiquer que cette maladie se transmet par la piqûre de la l’anophèle (moustique femelle).

L’impétrante a expliqué qu’en Côte d’Ivoire le paludisme est le responsable de 10 % de décès. « C’est la première cause de mortalité chez nous », a-t-elle insisté. Avant de révéler que dans les pays tropicaux, ce sont entre 1.5 et 2.7 millions de décès par an. Principalement chez les enfants de moins de 5 ans qui meurent par an du fait de cette maladie.

Le thème de la soutenance de doctorat de Mlle Yao Aya Clarisse est basé sur une « Etude de l’efficacité et tolérance de l’association Dihydro Artémisinine, piquéraquine phosphate, triméthoprime (ARTECOM) dans le traitement du paludisme simple A Plasmodium Falciparum à Abidjan ».

Le travail a porté sur un échantillon de 2020 malades atteints de paludisme dans des formations sanitaires d’Abidjan, soit 49.35%, et qui sont âgés de 5 à 15 ans. Au cours du traitement, elle a indiqué que seulement 77 malades ont suivi correctement leurs traitements.

Le jury ayant approuvé le travail de l’impétrante, a décerné le titre de Docteur en pharmacie à Mlle Yao Aya Clarisse.

Sandra N’daw

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !