Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Achat des médicaments de rue : Quand certains médecins encouragent le phénomène - 18/01/2011 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Nul doute qu’il est vivement déconseillé de se procurer les médicaments de rue. A cet effet, beaucoup d’actions de sensibilisation sont menées à l’endroit des populations. Mais en dépit de cela, le phénomène persiste et le comble, c’est que certains infirmiers cautionnent la chose sous prétexte qu’il y a des patients qui ne disposent pas de moyens.

Attention aux médicaments achetés dans la rue

« Je souffrais du diabète et quand je suis allé à l’hôpital, le docteur m’a prescrit une ordonnance qui était trop cher à mes yeux. Je le lui ai dit et en réponse il m’a proposé d’aller à Adjégounlè où je peux trouver les médicaments beaucoup moins chers et efficaces ».

Cette déclaration vient remettre en cause la valeur des produits conservés dans les pharmacies et ceux qui sont vendus dans les rues, surtout que c’est un docteur spécialiste qui le conseille. C’est ce phénomène qui est en vogue maintenant et de temps en temps, patients et gardes malades se ruent vers Adjégounlè, « a pharmacie par terre » du marché Dantokpa. Affairées, les vendeuses prennent les ordonnances qui leur sont tendues par les acheteurs pour les servir. « Ce sont les mêmes médicaments que ceux que l’on retrouve dans les pharmacies classiques et ils sont vendus à des prix modiques », déclare Laurent Hinnou. Il estime aussi qu’on retrouve au niveau des pharmacies classiques des produits périmés et c’est pourquoi, il est d’avis avec ces médecins. Il précise que si dans les pharmacies, les produits sont bien conservés, ils le sont également avec les bonnes dames qui n’exposent pas ces médicaments aux intempéries. A l’entendre, les docteurs qui orientent les malades vers les pharmacies par terre n’ont encore rien fait de grave. Pourtant, certains s’indignent de ce fait. Conseiller local à sikècodji, Pierre Viho indique « Je n’ai jamais été conseillé par un médecin d’aller vers les pharmacies par terre et même s’il me le conseillait, je n’irai pas. Ce n’est pas du tout bien qu’un médecin censé sauver des vies montre le chemin de la mort à ses patients. En tout cas moi, je n’irai pas encore que je confronte même l’avis des médecins quand on me prescrit une ordonnance ». Là-dessus, nous avons relevé l’avis d’un spécialiste.

L’avis d’un docteur sur le sujet

Dr Vivienne Boko Gbénou, en fonction à l’hôpital de Menontin désapprouve elle aussi ce comportement de ses pairs qui se plairaient à orienter les malades vers « les pharmacies par terre ». A son avis, aucun médecin n’a le droit de se prêter à une telle prescription. Elle recommande de ce fait qu’au lieu d’envoyer le patient vers les pharmacies par terre, autant lui dire d’acheter les génériques. Toutefois, le Dr Vivienne Boko Gbénou reconnaît que les produits pharmaceutiques sont dans les marchés. « Environ 15% des médicaments existent sur les étalages des bonnes dames ». Ce sont souvent des échantillons de ceux qui sont vendus dans les pharmacies. Aucun médecin n’a le droit de conseiller à un patient d’aller vers les médicaments du marché parce qu’ils se retrouvent être dénaturés, n’étant pas conservés dans de bonnes conditions. Encore que selon elle, il y a le Nigeria qui fabrique les produits sans les normes requises. Leurs effets immédiats ou lointains sont nocifs à l’organisme. Le mieux à faire, c’est d’aller dans les pharmacies. Elle relève toutefois que la conservation des produits n’est pas toujours respectée par toutes les pharmacies et il revient au patient de bien choisir la pharmacie.

Elisabeth GANDAHO

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !