Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Atelier sur le SIDA / Sur 570.000 personnes infectées : Seules 32.000 sont sous ARV - 20/02/2007 - Le front - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dans le cadre de ses activités, le Synappci a organisé hier un atelier sur la situation de la pandémie du SIDA en Côte d’Ivoire. La cérémonie s’est déroulée à la Maison de la presse au Plateau. La Côte d’Ivoire dénombre au total 570.000 personnes infectées par le VIH/SIDA. Mais seules, 32.000 personnes suivent le traitement sous anti-rétroviraux (ARV) sur 52.000 personnes qui devraient en bénéficier.

C’est l’une des informations qui a été livrée hier, lundi par Dr Mémain-Yénou Hélène en service au programme national de prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA, du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique. C’était à l’occasion d’un atelier sur la situation de l’évolution du SIDA en Côte d’Ivoire, organisé à la maison de la presse du Plateau par le syndicat national des agents de la presse privée de Côte d’Ivoire (Synappci) en partenariat avec le Repmaci et le soutien de l’internationale uni-Africa. L’intervention du Dr Mémain-Yénou a porté sur « prise en charge médicale des personnes affectées et infectées par le VIH/SIDA ».

Elle a indiqué qu’une bonne prise en charge nécessite la prise en compte du malade mais aussi de sa famille, et de l’environnement. Elle a rappelé que la prise en charge des malades a effectivement commencé à partir de 1990 par la prévention de la transmission mère-enfant (PTME). Depuis 2003 à 2006, on est passé à l’échelle de la décentralisation et intégration des soins. L’objectif de la prise en charge, selon ce médecin, est la réduction du taux de morbidité et de mortalité lié aux infections sexuellement transmissibles (IST/SIDA) par des actions curatives, préventives et de recherche.

Les stratégies reposent sur la prévention par le dépistage dans les centres de dépistage volontaire (CDV)/PTME. Mais aussi par le traitement des IST, traitement ARV. « Il faudrait que les uns et les autres comprennent que le VIH/SIDA est une maladie chronique dont le traitement dure toute la vie et qui nécessite une prise en charge. Il revient donc à chaque individu de tout faire pour ne pas être infecté… », a soutenu Dr Mémain-Yénou Hélène.

La représentante du ministre de la lutte contre le SIDA, Dr Diabaté Joséphine, a remercié le Synappci pour la lutte qu’elle mène contre le SIDA. Elle a mentionné que le taux de prévalence est de 4,7 % au plan national.
Le Synappci, par la voix de son secrétaire général, Guillaume Gbato, a annoncé que l’un des objectifs est la création d’un fonds de lutte contre le SIDA au niveau de la presse. Il ajoute que la sensibilisation de la lutte contre le SIDA va se poursuivre dans les rédactions.

Aristide Junior

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !