Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Cote d'Ivoire : Paludisme - Le pays s'engage pour l'élimination - 16/04/2018 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« Prêt à vaincre le paludisme ». C’est sous ce thème que sera célébrée le 25 avril prochain, la 11ème édition de la journée mondiale de lutte contre le paludisme. En Côte d’Ivoire, le district sanitaire d’Abengourou abritera la commémoration officielle de l’évènement. En prélude à cette rencontre, Dr Tano Mea Antoine, coordonateur du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), a animé une conférence de presse au siège de l’institution, à la Riviera-palmeraie. Il s’agissait pour lui de faire le point de la lutte en Côte d’Ivoire et donner les perspectives.

D’entrée, il a confié que la Côte d’Ivoire a connu des progrès dans la lutte. « Le nombre de cas et le taux de mortalité liés au paludisme sont passés respectivement de 4 152 065 cas en 2016, à 3 557 891 en 2017, et de 4 431 décès en 2016, à 3 222 en 2017 », a-t-il révélé, ajoutant que grâce aux progrès réalisés, le pays classé 5è au rang des pays fortement endémiques, est passé à la 12è place en 2017. Ces résultats encourageants sont dus, selon Dr Tano Mea, aux stratégies de prévention et de prise en charge du paludisme. « Le Gouvernement avec l’appui de ses partenaires, notamment le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, a distribué plus de 15 millions de Moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action (Milda) aux ménages en 2017.

Ce qui a permis d’atteindre la couverture universelle de la population en Milda », s’est-il félicité. En plus de la distribution des Milda en routine aux femmes enceintes et aux enfants de moins d’un an, l’Etat, a-t-il soutenu, a doté les centres de santé de 2093 hémoglobinomètres pour mesurer le taux d’hémoglobine (de l’anémie) chez les enfants et les femmes enceintes. Cela, pour la prise en charge précoce des anémies et la réduction du taux de mortalité liées au paludisme grave (80% des cas de paludisme étant avec une ané- mie sévère). En ce qui concerne la prise en charge, le coordonateur du Pnlp a insisté sur le fait que le traitement du palu simple est gratuit, aussi bien pour la femme enceinte, pour les enfants de moins de 5 ans que pour toute la population. Avec tous ces efforts, la Côte d’Ivoire, conformément à l’objectif de l’Oms, compte parvenir à l’élimination du palu d’ici à 2030. Pour cela, il faut, a-t-il souligné, atteindre la pré-élimination en 2020, c'est-à- dire parvenir à un contrôle total de la maladie. Car malheureusement, le pays fait partie des 15 pays qui selon l’Oms, concentre 80% des cas de décès liés au paludisme.

DAO MAÏMOUNA

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !