Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Consommation en Côte d’Ivoire : 48,76% des aliments contaminés - 08/03/2006 - Notre Voie - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un aliment sur deux est impropre à la consommation en Côte d’Ivoire. Ce constat est l’aboutissement d’une étude réalisée par Djinhiba Edmond, qui a soutenu, le 27 février dernier, à l’amphithéâtre de l’Unité de formation et de recherche (UFR) des sciences pharmaceutiques et biologiques de l’Université de Cocody, sa thèse de doctorat en pharmacie.
Devant un nombreux public composé de parents et amis, il a révélé que les desserts, les entrées et l’eau de forage servis aux consommateurs en Côte d’Ivoire sont de mauvaise qualité.

Les types d’aliments qu’il a analysés sont ceux constituant les desserts, les entrées, les plats de résistance, puis les eaux de forage, les eaux minérales, les sirops, les jus. Pour lui, les charges microbiennes sont plus présentes dans les desserts, les entrées et l’eau de forage. Ces charges microbiennes sont, a-t-il poursuivi, par exemple, les coliformes thermo tolérants, les coliformes totaux, les germes revivifiables, les germes mésophiles, les levures, les moisissures, les germes pseudomonas.
Les causes de la contamination des aliments consommés en Côte d’Ivoire sont, dit-il, la mauvaise hygiène des hommes et des femmes, les sachets, les bouteilles, les matériels de fabrication qui sont mal entretenus.
Il s’est quelque peu attardé sur l’eau de robinet. Il note la présence de germes microbiens mais de faible quantité dans cette eau. Pour lui, malgré la présence de ces germes, l’eau produite par la SODECI est de bonne qualité.
Comme solution pour des aliments sains, Djinhiba Edmond propose une politique préventive, la sensibilisation des consommateurs à l’hygiène, la mise en place d’auto-contrôle dans les entreprises, les inspections régulières de l’Etat dans ces entreprises.
Son étude, qui part de 1998 à 2002, a porté sur 445 échantillons alimentaires analysés au Laboratoire national de la santé publique.
Il est arrivé à la conclusion que 48,76% des aliments consommés en Côte d’Ivoire sont de mauvaise qualité.
Il a obtenu la mention très honorable avec échanges de thèse avec les autres universités et est autorisé de publication et à concourir pour la meilleure thèse.

Le jury était composé du professeur Malan Anglade (doyen de l’UFR de pharmacie), de son directeur de thèse, le Professeur Loukou Yao (directeur du Laboratoire d’analyses médicales au Laboratoire national de la santé publique), des professeurs Edoh Vincent (directeur du Laboratoire national de bactériologie au CHU de Treichville) et Menan (directeur du Centre de diagnostic et de recherche sur le sida CEDRES.

Charles Bédé

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !