Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


Suivez-nous :


LES REVUES APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mars 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2019
Consulter la revue


BIBLIOTHEQUE MEDICALE

E. Pilly : Maladies infectieuses et et tropicales - Plus d'informationsL'E PILLY (26e édition 2018) est l'ouvrage de référence français en Infectiologie. Ouvrage collégial du Collège des universitaires de Maladies Infectieuses et Tropicales (CMIT), cette 26e édition 2018 a été entièrement remise à jour et, pour la première fois, est en quadrichromie avec une maquette modernisée et une iconographie très riche et didactique... Plus d'informations


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

BAD : Lancement d'un plan multisectoriel pour améliorer la nutrition - 07/12/2018 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Obtenir des gouvernements des soutiens et des engagements supplémentaires en faveur de la nutrition. C'est le but du plan d'action multisectoriel lancé par la Banque africaine de développement (Bad), la Fondation Big Win Philanthropy et la Fondation Dangote, pour améliorer la nutrition des enfants et lutter contre les retards de croissance.

Pour les parties prenantes, il est urgent de rehausser les investissements permettant de réduire, dans une proportion de 40%, les retards de croissance chez les enfants africains de moins de 5 ans d'ici à 2025.

Car, « l'Afrique perd 25 milliards de dollars par an pour couvrir les coûts liés à la morbidité et à la mortalité des enfants, ainsi qu'à une déficience de leur développement cognitif, physique, puis économique, causée par la malnutrition. Pourtant, ces pertes peuvent être évitées ».

A en croire la directrice chargée du département du capital humain, de la jeunesse et du développement des compétences de la Bad, Oley Dibba-Wadda, le continent doit multiplier ses interventions dans la nutrition « dans les 1 000 jours entre la conception et l'âge de deux ans ».

Optimiste quant à la main d'œuvre de l'Afrique, elle souligne : « Le continent africain peut devenir un véritable moteur de productivité au XXIe siècle, mais il ne peut maintenir sa croissance économique et intégrer, dans le même temps, sa population croissante de jeunes sans s'attaquer d'abord à ces retards de croissance ».

Quant à la présidente directrice générale de la fondation Dangote, Zouera Youssoufou, elle affirme : « Nous n'aurions pas pu l'élaborer seuls, il était donc normal d'apporter notre soutien financier à la Banque africaine de développement pour la mise au point de cette stratégie nutritionnelle. Nous sommes vraiment heureux de la voir se concrétiser après deux ans de cheminement ».

Par Kamagaté Issouf

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !