Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

M’Bahiakro : La direction départementale réclame un centre de dépistage volontaire - 28/04/2007 - Le nouveau réveil - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Dr N'guessan Yao, directeur départemental de la santé à M'Bahiakro déplore l'absence de centre de dépistage volontaire (CDV) dans son département devenu depuis le début de la guerre une zone rouge.2004 : 5 cas, 2005 : 37 cas ,2006 : 22 cas sont les résultats de l'hôpital de M'Bahiakro par rapport au SIDA.

Selon le Dr N'guessan, ces résultats ne peuvent pas être extrapolés à l'ensemble des hôpitaux du département. Cela parce que les tests ont été effectués de façon clandestine sans le consentement des patients présentant les signes du SIDA.
Expliquant cette situation malheureuse, le directeur départemental de la santé de M'bahiakro a indiqué que, plus qu'un village, M'bahiakro était devenu un camp militaire au début de la guerre. De sorte qu'une nouvelle façon de vie est vite entrée dans les habitudes. Les activités sexuelles se sont accrues et potentiellement les MST et les infections à VIH.

C'est pourquoi, Dr N'guessan Yao, directeur départemental de la santé de M'bahiakro soutient que pour sauver la population, le projet PREMA propose d'installer un centre de dépistage volontaire d'ici la fin de l'année. Ce qui permettra de mieux apprécier la prévalence de cette pathologie.

Quant aux IST, ce sont 353 cas, 425 cas et 291 cas qui ont été signalés sur la même période dans le même hôpital.
Aussi, rappelle le directeur départemental de la santé, les hôpitaux ne sont pas très fréquentés. Ce qui influe sur la non stabilité des résultats.

TANO KOFFI Henri

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !