Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la tuberculose : Dr. San Koffi plaide pour plus de centres de dépistage - 28/03/2006 - Notre Voie - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dr. San Koffi, ex-directeur coordinateur du programme national de lutte contre la tuberculose (PNLT) a plaidé, vendredi, au centre pilote de Port- Bouët, en marge de la célébration de la journée mondiale de lutte contre la tuberculose pour plus de centres de dépistage et de traitement de la tuberculose en Côte d’Ivoire.

“Je pense qu’il y a une augmentation des cas en ce moment. Il est souhaitable que ces chiffres augmentent, parce que nous savons que les interventions n’atteignent pas toute la population. Ça veut dire qu’il y a des zones qui ne sont pas totalement couvertes. Quand vous prenez la ville d’Abidjan, il s’agit d’une ville peuplée d’au moins 5 millions d’habitants aujourd’hui. Donc, en termes de couverture, nous pensons qu’elle ne l’est pas suffisamment. C’est l’une des raisons pour lesquelles par exemple, le centre anti-tuberculeux d’Adjamé est débordé avec plus de 5000 malades par an. L’objectif, c’est d’avoir beaucoup plus de structures. Je vous donne l’exemple précis de la commune de Yopougon. Là-bas, nous avons deux structures publiques qui sont la PMI de Yopougon Attié et le CHU. Ce sont deux structures de référence. Mais, nous n’avons pas suffisamment de structures relais à part les formations sanitaires communautaires urbaines. Donc, l’accès de la population aux structures est faible par rapport à une ville comme Bouaké qui a la même configuration que la commune de Yopougon mais avec beaucoup plus de structures sanitaires”, a-t-il expliqué. Selon lui, depuis une décennie, il y a en plus, 10% de cas notifié, chaque année. Et cela, grâce à l’intensification du dépistage.

Dr. San qui est appelé à faire valoir ses compétences à la tête du programme national de lutte contre le paludisme, a estimé, concernant les zones assiégées, qu’il faut que les centres de santé dans les villages ouvrent pour que le dépistage atteignent la majorité de la population. En effet, les structures de dépistage et de traitement de la tuberculose ont été ouvertes dans les grandes villes comme Bouaké, Korhogo et Man. Mais ces structures ne sont accessibles qu’aux populations vivant à proximité de ces centres anti-tuberculeux. Celles des villages n’ont pas les moyens d’y accéder. “Nous avons pu ouvrir les structures dans les grandes villes (Bouaké, Korhogo et Man). Mais vous savez que la tuberculose ne peut se dépister uniquement que dans les grandes villes. Parce que dans le processus, le malade qui ressent des signes, se rend dans le centre de santé le plus proche où il est référé après dans la structure de la grande ville. Donc, si la plupart des centres de santé ne fonctionnent pas, même en ouvrant les structures de ces grandes villes, nous avons uniquement ceux qui ont accès à ces structures. Les autres échappent à tout ce qu’il y a comme campagne de sensibilisation qui se faisait de façon traditionnelle dans les différents villages. Je pense que c’est pourquoi le ministre a insisté pour que ce soit l’ensemble du système de santé qui puisse lutter contre la tuberculose”, soutient Dr. San Koffi.

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !