Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Grève des médecins : L’Hôpital général de Yamoussoukro ; Plus d’hospitalisation, les malades chassés - 07/09/2007 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La grève des médecins continue de faire des victimes et de nombreux décès à l’hôpital général de Yamoussoukro. Mais, cette situation ne préoccupe guère le chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, qui, depuis une semaine, séjourne dans la capitale politique et au palais de Félix Houphouët-Boigny, qu’il accusait de voleur depuis l’opposition. Laurent Gbagbo, saisi de la situation de débrayage des médecins, se moque de la population ivoirienne et passe le clair de son temps plaisir à entretenir les populations et journalistes sur les travaux du transfert de la capitale politique.

Hier, aux environs de 13h50mn, à l’entrée du CHR de Yamoussoukro, des malades chassés de leur lit d’hospitalisation étaient couchés à même le sol et gémissaient. Mais cette situation, n’a ni touché profondément les médecins qui ont prêté serment avant de jurer d’accomplir leur profession avec foi, ni le chef de l’Etat qui, depuis une semaine, séjourne dans la capitale politique chez les Boigny.

Résultat de cette grève, des morts innocents qui viennent augmenter la souffrance des Ivoiriens. Selon le secrétaire de section du syndicat national des cadres supérieurs de la santé des lacs, Dr Damaud Olivier, si ceux qui ont pris des armes pour tuer ont reçu gain de cause dans leurs revendications, alors pourquoi pas les médecins qui s’évertuent à sauver des vies humaines. Aucun service minimum ne sera assuré même s’il y a des milliers de morts, a-t-il souligné, tant que la tutelle ne donne pas satisfaction à leurs revendications.

Hier à la maternité, la sage femme major, Mme Olouis Marthe, a indiqué avec tristesse et consternation le fait de voir mourir une femme par la faute du pouvoir qui ne veut pas répondre à la requête des médecins. Elle nous conduit dans une des salles d’hospitalisation de la maternité, où une jeune fille de 18 ans, qui venait d’accoucher, a perdu son bébé. La mère ayant piqué des crises épileptiques, il fallait absolument l’intervention d’un médecin en réanimation pour sauver la mère. Mais hier, il n’y avait aucun médecin ni à l’urgence, ni en médecine et même pas en chirurgie. Quelques cas jugés très graves agonisaient dans les salles d’hospitalisation de la chirurgie.

A côté de cela, il faut noter l’état de dégradation avancée des toilettes sans eau, des salles d’hospitalisation sans commodité et le hangar de réception des parents des patients complètement détruit. Mais cette situation n’inquiète ni le directeur qui est fils de la région et originaire d’Attiégouakro et les autorités municipales et du district. Aucun manœuvre, ni fille de salle n’est payés depuis plusieurs mois, a indiqué un infirmier. En tout cas, le CHR de Yamoussoukro considéré comme modèle est en souffrance.

Jacquelin Mintoh à Yamoussoukro

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !