Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Médecine Traditionnelle : brevet d’invention et propriété intellectuelle ; Amah Tehoua (ministre de l’industrie) :“Les tradipraticiens ont besoin d’être protégés” - 14/02/2008 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un marché lucratif, mais mal exploité. Utilisés par environ 80% des populations des pays du sud, les produits de la médecine traditionnelle constituent un vaste marché, dont l’organisation reste pourtant à désirer. Les tradipraticiens et naturothérapeutes africains, n’éprouvent aucune nécessité à détenir des brevets d’invention. Encore moins à protéger les produits qu’ils mettent sur le marché. Toute chose qui ne permet pas à cette science traditionnelle de jouer pleinement son rôle dans l’amélioration de la santé des populations.

Et qui, les expose à des risques de contrefaçon. C’est pour mettre fin à cette situation, que le ministère de l’industrie et de la promotion du secteur privé, à travers, l’office ivoirien de la propriété intellectuelle (OIPI), a initié hier jeudi, un séminaire de formation à l’intention des tradipraticiens et naturothérapeutes ivoiriens. « Processus de protection des médicaments issus de la pharmacopée africaine », est le thème de ce séminaire, qui s’est déroulé à l’institut national de la santé publique (INSP) d’Adjamé. Les séminaristes ont été instruits sur la procédure d’obtention d’un brevet d’invention et sur la procédure de mise sur le marché de médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle. Selon Denis Loukou Bohoussou, directeur général de l’OIPI, cette formation est une recommandation de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle. « L’initiative a pour objet d’encourager le développement de la médecine traditionnelle, afin de l’intégrer au système sanitaire », a-t-il commenté.

Reconnaissant le rôle important des tradipraticiens dans la société africaine, Mme. Amah Marie Tehoua, ministre de l’industrie, a jugé nécessaire leur accompagnement par l’administration. « Les tradipraticiens, après tant d’efforts et sacrifices pour l’élaboration de leurs médicaments, ont besoin d’être protégés contre la contrefaçon. A quoi servira tant d’efforts pour mettre au point des médicaments, si ceux-ci sont copiés, volés par d’autres qui n’ont fourni aucun effort intellectuel ni matériel », s’est-elle insurgée. Pour le ministre de l’industrie, la protection des médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle, peut être obtenue à travers le système de la propriété intellectuelle. Aussi, a-t-elle exhorté les inventeurs traditionnels à recourir au système du brevet d’invention et à celui de la marque de produit et de service.

Dao Maïmouna

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !