Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Santé de la reproduction : une nouvelle méthode contraceptive - 19/05/2008 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Quinze formateurs nationaux sont formés depuis hier en insertion et retrait des implants Jadelle au siège de l’AIBEF à Treichville. Cette formation qui prend fin le vendredi 23 mai s’inscrit dans le cadre des activités de la direction de coordination de la santé de reproduction et de planification familiale (dc-Pnsr/pf) en collaboration avec l’Unfpa. La dc-Pnsr/pf se propose avec l’appui de l’Unfpa d’introduire les implants dans la gamme des produits contraceptifs disponibles en Côte d’Ivoire, conformément à la politique nationale de la santé et la reproduction (1998) qui vise à élargir les méthodes contraceptives mises à la disposition des populations.

Le produit en question se présente sous forme de capsules fines, souples, contenant du Levonorgestrel (hormone synthétique) que l’on place sur la face interne du bras, 6 à 8 cm du pli du coude. Il en existe différents types : le Norplant, avec six capsules, le Jadelle avec deux capsules, et l’implanor avec une capsule. Le produit dont la promotion sera faite en Côte d’Ivoire est le Jadelle. C’est une méthode de protection de longue durée qui rend la glaire cervicale impénétrable aux spermatozoïdes. Il faut un personnel qualifié pour manipuler ces implants. D’où la formation de médecins, de gynécologues et de sages-femmes en provenance des quatre Chu.

Les Ivoiriennes ont enfin accès à cette méthode contraceptive parce que l’Etat l’a voulu.

Marie-Adèle Djidjé

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !