Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Cancer du col de l’utérus : un nouveau vaccin pour prévenir le mal - 19/10/2008 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le cancer du col de l’utérus qui est une affection qui touche un nombre important de femmes dans le monde, peut être désormais évité. Et ce, grâce à l’administration de nouveaux vaccins associés à un examen médical régulier. C’est ce message que le symposium sur le cancer du col de l’utérus a délivré samedi dans un hôtel de la place, lors de la présentation de Cervarix, un vaccin contre cette maladie. Selon Dr Anongba Simplice, directeur général de la santé, entre 2004 et 2006, sur 3284 cas de cancer, 52°/° étaient liés au col de l’utérus.

Cette proportion est due au dépistage tardif. Pour la simple raison qu’en Côte d’Ivoire, le plateau technique ne permet pas le diagnostic précoce. Les projections des spécialistes prévoient 1184 cas en 2009. Le cancer du col de l’utérus qui est le 2ème cancer dans le monde et le premier en Afrique, représente la première cause de mortalité féminine en Côte d’Ivoire.

Transmis par le virus VPH, il est dû à la précocité et la multiplicité des partenaires sexuels. Aussi, à une co-infection sexuellement transmissible et des facteurs favorisants tels que le tabac. La maladie peut donc être contractée à tout âge.

Selon toujours les spécialistes, le virus VPH est transmis lors des rapports sexuels ou pendant des contacts génitaux. Mais ici, le préservatif n’assure pas une protection complète. Devant donc la complexité de cette maladie,le nouveau vaccin Cervarix,qui a une valeur purement préventive et non thérapeutique,est recommandé chez la jeune fille à partir de 10 ans, pour assurer sa protection durable. A cela, il faut ajouter la nécessité d’un diagnostic précoce.

Marc Yevou

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !