Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Nouvelles dispositions de la communauté scientifique sur la transfusion sanguine : plus question de mourir par manque de sang - 05/12/2008 - Notre Voie - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les nouvelles émanant de la 3ème conférence internationale d'experts sur l'usage clinique du sang et des produits sanguins en Côte d'Ivoire qui vient de se tenir à Yamoussoukro sont bonnes. Même si l'on est à un stade de volonté affichée. La volonté de neutraliser désormais les décès ayant un rapport avec le manque de sang. “Nous retiendrons, en substance, concernant la politique nationale que la vision clairement exprimée est qu'aucune personne vivant sur le territoire ivoirien ne doit mourir par manque de produit sanguins ou par l'utilisation de produits de mauvaise qualité ou par la mauvaise utilisation de produits sanguins”, note la conférence dans ses recommandations acquises au terme de 3 jours d'intenses travaux. Qui se sont déroulés du 1er au 3e décembre 2008, à l'hôtel Président. C'est nouveau.

Pour matérialiser donc cette volonté, les experts de la communauté scientifique dont des Européens et des Américains, misent sur “les actes du gouvernement” existants désormais. C'est-à-dire les “4 décrets et les deux arrêtés subséquents aux textes juridiques” que sont “la loi de 1993 et le décret de 1991”. Ces dispositions, en effet, sont relatives aux substances thérapeutiques d'origine humaine, portant création, attribution, composition et fonctionnement du Centre national de transfusion sanguine (CNTS).

Le sentiment de ceux qui viennent de se réunir à Yamoussoukro, c'est que “les textes juridiques sont désormais plus étoffés”. Avec le travail abattu sur “la politique nationale, les textes du gouvernement et l'analyse sur le code des bonnes pratiques en matière de transfusion sanguine”.
Fort de ces résultats, le directeur du CNTS est formel. “Nous soumettrons les travaux de ces réflexions au ministre de la Santé. Pour bâtir sa politique transfusionnelle future dans le plan national de développement sanitaire (PNDS)”. Ce n'est pas tout. Dr. Seydou Konaté a eu également des mots tendres à l'endroit des experts d'ici et d'ailleurs contribuant au combat de l'excellence.

Le préfet de région Dakoury Sanon, clôturant le panel, lui, espère bien qu'avec ce nouveau rendez-vous, le calvaire du passé sera un lointain souvenir. Cette triste situation donnant souvent lieu à “des surenchères et trafics dégradants et intolérables” aux préjudices des populations.

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !