Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Bilan du 1er passage des vaccinations contre la polio : le ministère de la santé n’a pas atteint son objectif - 26/03/2009 - Notre Voie - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

“Les résultats obtenus lors du premier passage en Côte d’Ivoire sont en deçà de ceux escomptés tant au niveau national que des districts. En effet, la couverture vaccinale obtenue à l’issue de la campagne du premier passage est de 93% d’enfants vaccinés au lieu de 95% qui était l’objectif minimal à atteindre au niveau national et périphérique. Au total 4 494 433 enfants de 0 à 5 ans ont été vaccinés sur une cible de 5 847 677 ”, c’est le bilan dressé par l’OMS-Abidjan, dans un communiqué de presse daté du 20 mars dernier dont Notre Voie a eu copie. Donc, le ministre Allah n’a pas atteint son objectif qui est de réaliser une couverture vaccinale d’au moins 95%.

En effet, lors du premier passage du 27 février au 02 mars dernier, les couvertures vaccinales affirme le communiqué, varient de 147% à Bouaké à 59,4% à Marcory. 44 districts de santé sur 83 ont pu obtenir une couverture vaccinale supérieure ou égale à l’objectif minimal de 95%, 39 n’ont pu atteindre cet objectif. Les résultats ont également montré que 80% des enfants non vaccinés sont issus de 20 districts sanitaires parmi lesquels l’on dénombre 5 communes de la ville d’Abidjan. Il s’agit des districts sanitaires de Marcory, d’Attécoubé, d’Abobo-ouest, d’Anyama, de Yopougon-est et de Treichville. Plusieurs raisons expliquent ces mauvais résultats.

En effet, selon Dr. Dali, responsable du service communication du programme élargi de vaccination (PEV), la faiblesse de la couverture vaccinale observée dans ces districts et qui a influé sur le résultat national s’explique par le fait d’une insuffisance du nombre d’équipes de vaccination, de la difficulté dans la mobilisation de proximité des populations, du manque de logistique dans certains districts sanitaires et du délai d’organisation très court de la campagne de mobilisation. “Mais, à la suite d’une réunion bilan avec le ministre le lundi dernier, des mesures de correction ont été prises. Ainsi, le nombre d’équipes passe de 8107 à 11.000 pour le deuxième passage qui aura lieu du 27 au 31 mars prochain. Ce qui donne 33 mille personnes au lieu de 16 mille lors du premier passage. Nous avons reçu 25 véhicules en renfort et des superviseurs ont été recrutés grâce à l’appui de nos partenaires pour appuyer les districts qui ont eu des taux de couverture très faible”, a expliqué hier, Dr. Dali, lors d’un atelier de formation à l’intention des journalistes à la direction du PEV sis à Treichville.

Dans le même souci de booster le taux de couverture de vaccination contre la poliomyélite, la commission nationale Polio Plus du Rotary International a offert lundi à la salle de conférence du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique du matériel (50.000 tee-shirts, 10.000 casquettes et 800 grandes banderoles) de mobilisation sociale en prélude à ce deuxième passage des journées de vaccination contre la poliomyélite du coût de 128 millions de FCFA. Mme Marie Irène Richmond, présidente de ladite commission, a rappelé en présence de Dr. N’Koumi Marcel, directeur de cabinet du ministre de la Santé, de la représentante de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, du représentant de l’OMS en Côte d’Ivoire et de ses camarades rotariens, venus très nombreux, les importants efforts financiers et la détermination du Rotary club dans la lutte pour l’éradication de la polio dans le monde et particulièrement en Côte d’Ivoire.

Pour ce deuxième passage, la vitamine A associé au Mébendazole, un déparasitant, seront administrés aux enfants. Selon M. Meité Namory, chargé de communication du programme national de nutrition (PNN), l’administration de la vitamine A, vise à corriger la carence de cette vitamine chez l’enfant. Le taux de prévalence de la carence en vitamine A en Côte d’Ivoire est de 42,4% chez les enfant de 6 à 59 mois et de 39,7% chez les femmes en âge de procréer. La carence en vitamine A peut être responsable de la faiblesse de la vue chez la victime voire d’une perte totale de la vue. Et même de la mort de la victime. Le déparasitage, lui, veut prévenir l’installation des vers chez l’enfant. “Les vers intestinaux provoquent chez l’enfant, l’anémie et freinent son développement et ses capacités d’apprentissage”, a soutenu M. Meité.

Ce deuxième passage s’adresse à tous les enfants de 0 à 5 ans mêmes ceux qui ont déjà reçu une goutte du vaccin anti-polio. La cérémonie de lancement aura lieu ce vendredi à Anyama.

Coulibaly Zié Oumar

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !