Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre l’ulcère de Buruli : De nouvelles résolutions adoptées - 21/04/2009 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La lutte contre l’ulcère de Buruli préoccupe la communauté internationale. Réunis à Cotonou (Bénin), du 30 mars au 4 avril 2009, dans le cadre d’une réunion internationale sur la maladie, les chefs d’Etat et leurs représentants ont convenu d’adopter de nouvelles orientations, en vue de dynamiser davantage la lutte contre cette pathologie.

En effet, après avoir fait le point de la mise en œuvre de la déclaration de Yamoussoukro de 1998, les chefs d’Etats ont noté « que de grands progrès avaient été accomplis dans la connaissance de la maladie, mais de nombreux autres défis restaient à relever ». Dans la déclaration de Cotonou, ils se sont engagés à réduire les souffrances des malades et à prendre les mesures nécessaires pour appliquer pleinement les stratégies recommandées par l’OMS. Cette déclaration a été lue par le ministre ivoirien de la santé et de l’hygiène publique, le Dr Allah Kouadio Remi. La délégation ivoirienne était conduite par le ministre des affaires étrangères M Youssouf Bakayoko. Elle s’est dite satisfaite de ces assises. La Côte d’Ivoire, depuis 2007, selon le Dr Allah Kouadio, a élaboré un plan national stratégique de lutte contre l’ulcère de Buruli, répondant pleinement à l’esprit de la présente déclaration. « De 9 centres de prise en charge en 2006, nous avons aujourd’hui plus de 231 centres capables de prendre les malades en charges. A cela s’ajoute la formation du personnel sanitaire», a-t-il indiqué. C’est donc en reconnaissance de tous ces efforts, que les participants ont demandé que la déclaration soit lue par le ministre ivoirien, contrairement à la tradition qui veut qu’elle soit lue par le ministre du pays hôte.

Dao Maïmouna (source, service communication MSHP)

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !