Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Santé maternelle : 50% de décès des femmes en grossesse sont imputables aux hémorragies - 05/05/2009 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) a organisé, récemment, un atelier de formation en soins obstétriques et néonataux d’urgence (Sonu). Au terme de cette session de formation, qui a regroupé une trentaine de prestataires de santé des services de santé maternelle (infirmiers, sages-femmes et médecins) venus des districts sanitaires de Yamoussoukro, Toumodi et Bongouanou, le Dr Bénié Alexis, gynécologue accoucheur au Centre hospitalier régional (CHR) de Yamoussoukro, a révélé : «Près de la moitié des décès des femmes en grossesse est d’origine hémorragique».

Pour lui si l’hypertension artérielle, les infections et l’hémorragie sont parmi les principales causes des décès de nombreuses parturientes, il insiste en revanche pour dire que la dernière cause citée est de loin celle qui fait le plus de victimes.

Au Chr de Yamoussoukro, atteste le praticien, sur les quelque 5 mille cas d’accouchement enregistrés annuellement, il y a eu, en 2007, 26 cas de décès. Dont 10 pour des questions hémorragiques, 3 pour un neuro-paludisme, 1 par hypertension artérielle, 2 par avortement, etc. En 2008, sur 30 parturientes décédées, 15 l’ont été du fait d’un problème d’hémorragie. Les autres cas de décès se répartissent comme suit : 3 d’hypertension ; 3 de fièvre typhoïde et de paludisme; 3 d’avortement…

C’est au regard de ces statistiques, qu’un point d’honneur a été mis sur le module «l’hémorragie au cours de la grossesse.» Après les cours théoriques, il s’en est suivi, pour les stagiaires, des exercices pratiques dans les services de pédiatrie, réanimation et à la maternité. Pour Atté Epie Geneviève épouse Brou, sage-femme au Chr de Yamoussoukro et participante, ce séminaire a permis de revisiter la prise en charge de la mère.

«Il est inadmissible de donner la vie et de perdre sa vie», a estimé le Dr Yao Konan Jules, coordonnateur de l’Unfpa à Yamoussoukro. Ce qui justifie, selon lui, l’appui continu qu’apporte sa structure au gouvernement ivoirien. Et qui s’est traduit en remise de kits de santé de la reproduction ; en équipement (tables d’opération, d’examen gynécologique, et d’hospitalisation, etc.) ou en réhabilitation de nombreux centres de santé. «L’objectif de ce soutien étant, pour nous, de contribuer, non seulement à l’amélioration de l’utilisation des services de la santé de la reproduction, mais également à réduire la mortalité maternelle.», a expliqué le Dr Yao Jules.

Coulibaly Souleymane

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !