Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Paludisme : le HCR veut réduire la maladie a tabou - 25/10/2009 - Fraternité matin - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le représentant du Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés (Unhcr) en Côte d’ivoire, M. Buti Kale a appelé en début de semaine dernière le district sanitaire de la ville de Tabou (Sud ouest ivoirien) à s’approprier le «Projet Malaria » initié par le Hcr. C’était à l’occasion de la remise de dons de plusieurs lots de matériel d’assainissement et du matériel logistique au centre de santé urbain de la ville de Grabo.

«Le Hcr souhaiterait une appropriation de ce programme par le district sanitaire en vue d’une pérennisation des activités », a indiqué M. Buti Kale. Avant d’expliquer qu’en mettant en place le programme appelé «Projet traitement de Malaria» l’objectif était de réduire le paludisme au sein des populations autochtones et réfugiés. Et ce, à travers les activités de prévention ainsi que de la prise en charge. Notamment le diagnostic, la biologique et la prise en charge clinique. «La contribution du Hcr, dans le cadre du projet comprend entre autres l’équipement de 3 laboratoires, la distribution de 8000 moustiquaires imprégnées, la formation de 20 prestataires de soins de santé et de 20 agents de santé communautaires », a-t-il révélé.

Pour lui, la remise du matériel d’assainissement, un groupe électrogène et trois moto-cross aux agents de santé de trois villages à Grabo contribue au renforcement du « Projet traitement de Malaria ».

Le directeur départemental de la Santé de Tabou M. Assa André a souligné l’importance du « Projet Malaria », qui a permis de sauver plusieurs vies dans le district sanitaire.

M. Assa André, a indiqué que ledit projet a permis de lutter efficacement contre le paludisme et permis aussi à plusieurs familles du district sanitaire de Tabou de recevoir gratuitement des moustiquaires imprégnées de longue durée. C’est pourquoi M Assa a traduit la reconnaissance de l’équipe de santé.

Faut-il le rappeler la région de Tabou compte à ce jour 14 500 réfugiés. Les activités du HCR prennent en compte les autochtones et les réfugiés afin de contribuer à l’amélioration de leur quotidien, plus précisément dans le domaine de la santé. Dans ce cadre, il y a six mois, l’agence onusienne avait fait don d’une ambulance à hôpital central de Tabou.

Théodore kouadio

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !