Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Revue de presse

Revue de presse

Grève du personnel soignant : les hôpitaux publics paralysés - 15/12/2009 - Le patriote - Côte d'IvoireEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les hommes en blouse se comptaient sur le bout des doigts, hier au centre hospitalier et universitaire (CHU) de Treichville. Et pour cause, le personnel soignant (médecins, infirmiers, sages-femmes, techniciens de santé, aides soignants, garçons et filles de salle etc.), a entamé la grève décrétée par leur collectif de syndicats. Comme il fallait s’y attendre, ce mouvement a paralysé les hôpitaux publics. Au service gynéco-obstétrique de ce grand centre, une seule sage femme était présente à notre passage, aux environs de 9 heures. Nous prenant certainement pour une patiente, elle nous demande de retourner car le service est fermé. « Tout le monde est en grève, il n’y a pas de consultation. Les sages-femmes qui étaient de garde la nuit sont parties.

Vous voyez que je ne suis pas en tenue de travail. Nous sommes en train de libérer les femmes, donc rentrez chez vous. Nous ne voulons brutaliser personne, sinon les policiers vont nous gazer », nous lance t-elle, en nous montrant les deux policiers postés à l’entrée du service. Aux urgences chirurgicales, c’est également la même ambiance morose. Quelques rares infirmiers, des représentants de syndicats, circulent dans les allées. Conformément aux consignes du collectif, les urgences ne fonctionnent pas. Il en est de même pour plusieurs autres services visités.

A l’’hôpital général de Koumassi, les consignes du collectif sont respectées à la lettre. Aucun service, même la maternité, ne fonctionne. « Nous avons négocié avec les chefs de service afin que le service minimum soit assuré, mais nous n’avons pas obtenu gain de cause. Les malades en observation ont été libérées. La grève est suivie, tous les services sont fermés », confie M Alla Narcisse, directeur de l’hôpital. Le constat était le même dans plusieurs hôpitaux généraux tels que ceux d’Abobo et de Port-Bouët. Du côté du collectif, on se félicite du suivi de la grève. « Le mouvement est suivi est 99%», soutien M Fofana Ahmed, secrétaire général du Mouvement des infirmiers diplômés d’Etat de Côte d’Ivoire (MIDECI). Seul le CHU de Cocody, à Abidjan, indique t-il, a été retenu pour assurer le service minimum dans les urgences et le service gynéco. A l’institut de cardiologie, le service minium est également assuré aux soins intensifs.

Soulignons qu’à travers cet arrêt de travail de 5 jours renouvelables, le collectif revendique l’intégration à la Fonction Publique des filles et garçons de salle non déflatés de 1998 et des aides soignants du CHU de Yopougon recrutés en 1989. Les agents réclament également l’application intégrale de leur grille indemnitaire et indiciaire dont le décret d’application pris en janvier 2008 devrait rentrer en vigueur en janvier 2009. Il faut noter que la grille indiciaire a été appliquée à moitié par le gouvernement.

Dao Maïmouna

Lire l'article original

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !