Santé tropicale en Côte d'Ivoire - Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


L'accès au texte intégral des articles nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà client ? Identifiez-vous !


Créez votre compte

Affichez le tarif qui vous correspond

Consultez les Conditions générales de vente


Abonnez-vous à Médecine d'Afrique noire - Edition imprimée

Tarif pour un abonnement à l'édition imprimée de Médecine d'Afrique noire destiné à un particulier et à expédier en « Afrique » : 210 €




Accueil > Santé tropicale en Côte d'Ivoire > Publications scientifiques

Publications scientifiques

Publié dans Médecine d'Afrique Noire 6411 - Novembre 2017 - pages 565-572

Docteur Lidaw Déassoua Alain Bawe Thrombose veineuse profonde et artérielle au cours de l’infection à VIH au service des maladies infectieuses et tropicales d’Abidjan : à propos de 28 casnoteEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Auteurs : L.D. Bawe, F. Ello-Nougbo, M.C. Mossou, A. Kotosso, A. Kassi-N’Douba, A.G. Kouakou, A. Doumbia, E. Ehui, K.A. Tanon, E. Aoussi, S.P. Eholie, A. Kakou, E. Bissagnene - Côte d'Ivoire


Résumé

Objectif : Décrire les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, topographiques, thérapeutiques et évolutives de la thrombose veineuse et artérielle chez les patients infectés par le VIH.
Méthodologie : Il s’est agi d’une étude rétro-prospective observationnelle et descriptive réalisée au SMIT du 1er janvier 2005 au 31 juillet 2015 portant sur 27 cas de thrombose veineuse profonde et un cas de thrombose artérielle chez des patients hospitalisés, infectés par le VIH.
Résultats : L’âge médian de la population générale était de 40,5 ans avec un intervalle interquartile [34-49,5] avec une prédominance féminine (68%) avec un sex-ratio H/F de 0,47. Les patients étaient tous infectés par le VIH1 dont 78,6% traités par les antirétroviraux avant la thrombose et classés stade C de la classification CDC Atlanta (75%). L’alitement prolongé (27 cas) était le facteur de risque thromboembolique prépondérant en dehors de l’infection à VIH. Les patients avaient un état général altéré dans 64,3% des cas ; la jambe douloureuse (70%) et le signe de Homans (85,2%) étaient respectivement les signes fonctionnel et physique les plus retrouvés dans la TVP. La TVP était unilatérale dans la majorité des cas (74%) plus située à gauche (74,1%) ; la veine fémorale (93%) et la veine poplitée (78%) étaient les sites veineux fréquents de thrombose. La thrombose artérielle était bilatérale concernait les bulbes carotidiens internes gauche et droit. Au plan thérapeutique l’Enoxaparine a été la plus utilisée administrée (93%). L’évolution a été marquée par six décès (21,4%) ; les complications ont été marquée par un cas d’embolie pulmonaire, la maladie post-phlébitique (3 cas), un cas d’ulcères chroniques de jambes. La durée moyenne d’hospitalisation de notre était de 24,71 ± 17,479 jours [IIQ = 14-32] avec des extrêmes de 4 à 90 jours.
Conclusion : La prévalence de la thrombose chez les sujets infectés par le VIH est 10 fois plus supérieure à celle de la population générale. Le VIH est également un facteur de risque indépendant des thromboses.

Summary
Severe venous and arterial thrombosis during HIV infection at the infectious and tropical diseases unit of Abidjan: about 28 cases

Objective: Describing the epidemiological, clinical, topographic, therapeutic and evolutionary characteristics of the venous and arterial thrombosis in HIV-infected patients.
Method: An observational and descriptive retro prospective study carried out at the ITDU/SMIT from January 1st, 2005 to July 31st, 2015 considering 27 cases of severe venous thrombosis and 1 case of arterial thrombosis in HIV-infected hospitalized patients.
Results: The median age of the general population was 40.5 years with an interquartile interval [34-49.5] with a female predominance (68%) with a M/F sex ratio of 0.47. The patients were all infected with HIV1 out of which 78.6% received antiretroviral treatment prior to thrombosis and classified CDC Atlanta classification stage C (75%). The prolonged bed rest (27 cases) was the predominant thromboembolism risk factor in addition to the HIV infection. The patients had a general altered condition in 64.3% of the cases; the painful leg (70%) and the Homans symptoms (85.2%) were respectively the most functional and physical symptoms encountered in the SVP/PST. The SVP/PST was unilateral in the majority of the cases (74%) mostly located to the left (74.1%); the femoral vein (93%) and the popliteal vein (78%) were the most frequent venous sites of the thrombosis. The arterial thrombosis was bilateral and affected the left and right internal carotid bulbs. Regarding the treatment, Enoxaparin was the most widely used (93%). The development was characterized by six deaths (21.4%); the complications were characterized by one (01) case of pulmonary embolism, the post-phlebitic disease (3 cases), and one (01) case of chronic leg ulcer. The average hospitalization time of our patients was 24.71 ± 17.479 days [IIQ = 14-32] with limits from 4 to 90 days.
Conclusion: The prevalence of thrombosis in HIV-infected individuals is 10 times higher than that of the general population. HIV is also an independent risk factor for thrombosis.

Cet article est actuellement coté note (1,0 étoiles) par les abonnés de Médecine d'Afrique Noire.
Il a été consulté 373 fois, téléchargé 18 fois et évalué 1 fois.  Aucun commentaire n'a encore été ajouté à propos de cet article

icone adobe Obtenir l'article intégral en PDF --> Tarif pour un particulier, zone « Afrique » : 15,00 €

Plus d'articles Ivoiriens - Plus d'articles panafricains


Retrouvez tous les articles publiés sur Médecine d'Afrique noire électronique

Médecine d'Afrique noire - 1ère revue médicale internationale panafricaine francophone - 65ème annéeMédecine d'Afrique Noire est la première revue médicale internationale panafricaine francophone. Créée en 1953 par Pierre Pène et Maurice Payet, l'édition papier traditionnelle parait régulièrement chaque mois et est diffusée dans le monde entier. Depuis 2003, l'édition électronique de Médecine d'Afrique noire a donné à la revue une visibilité mondiale.

L'abonnement est réservé aux professionnels de santé. Pour les praticiens exerçant en Afrique de l'ouest et du centre, il peut être pris en charge par APIDPM Santé tropicale. Plus d'informations ici.



Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Côte d''IvoireSanté tropicale en Côte d'Ivoire
Le guide de la médecine et de la santé en Côte d'Ivoire


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !