Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le cancer en : la RDC appelée à innover - 14/02/2011 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le cancer est une réalité en RDC et nécessite des actions urgentes pour sauvegarder des vies humaines qui périssent silencieusement faute de moyens adéquats. C'est ce qui ressort des 4ème journées scientifiques du Cancer qui se sont tenues du 11 au 12 février 2011 à l'Hôtel Sultani à Kinshasa. Professeurs d'université, médecins spécialistes, pharmaciens, biologistes, radiothérapeutes, physiciens, sociologues, infirmiers et nutritionnistes, étudiants, représentants des organisations non gouvernementales, ainsi que des personnes concernées par le problème cancer ont réfléchi sur la situation de la maladie en RDC. C'était à l'occasion des 4ème journées scientifiques du cancer organisées par la Ligue nationale contre le cancer en RDC (LINAC) sous le haut patronage de du ministre de la Santé publique de la RDC, Dr. Victor Makweng Kaput. Et ce, en marge de la journée mondiale de la lutte contre le cancer célébrée le 4 février de chaque année.

Au total 35 exposés répartis en six sessions ont été présentés. Les sessions ont été axées sur les aspects épidémiologiques du cancer, le diagnostic et la prise en charge des cancers, la radiothérapie oncologique, la radiophysique et imagerie multimodale, la nutrition et les soins palliatifs du patent cancéreux ainsi que la prise en charge financière du cancer. Il ressort de ces assises de deux jours que le cancer demeure un réel problème de santé publique en RDC, où son incidence est en perpétuelle croissance, avec une forte mortalité et des coûts élevés. Il tue plus que le paludisme, le Sida et la tuberculose réunis. Dans le monde, il constitue, la cause principale,11, 96% de mortalité. En RDC, on note une absence criante de données fiables sur le cancer faute de registres des cancers.

Le défi pour la RDC

Les différentes interventions de la rencontre ont également indiqué que le cancer atteint toutes les couches sociales de notre population. Les jeunes sont atteints autant que les personnes âgées, avec des conséquences sur le développement.

La maladie a, entre autres, comme vrais facteurs de risques, le changement de mode de vie et de l'alimentation, la consommation de tabac, de l'alcool, l'automédication, les rapports sexuels précoces sont, à côté de l'hérédité.

L'on a aussi souligné que le diagnostic se fait souvent tardivement en RDC avec comme corollaire l'absence remarquée d'une multidisciplinarité nécessaire à sa bonne détection et à la mise en place des stratégies thérapeutiques et des soins palliatifs. A cela s'ajoute la difficile prise en charge due à l'absence d'infrastructures adéquates, des médicaments et des unités d'oncologie rendent difficile le traitement dans notre milieu. Il y a aussi l'absence d'une politique nationale de lutte contre le cancer, le coût très élevé de la prise en charge, la très faible couverture nationale en unité d'oncologie et de radiothérapie.

Ce sombre tableau du cancer en RDC n'a pas laissé indifférent le Comité directeur de la Linac qui, dans son plaidoyer en faveur de la lutte a lancé un vibrant appel à l'action. «Il est temps d'agir avant qu'il ne soit trop tard. La Ligue s'est fait le devoir d'organiser et elle en attend beaucoup dans la sauvegarde des vies de nos populations», a déclaré le président de la Linac, Dr. Sulu Maseb'a Mwang. Il a fait observer qu'il est possible de prévenir et de soigner le cancer.

Passer à l'action

Dans la même logique, le ministre de la Santé a à l'ouverture des 4ème journées scientifiques du cancer, reconnu que la redynamisation de la lutte en RDC s'avère indispensable et sa réussite n’est possible qu'avec l'apport des médecins et chercheurs. Ainsi à la clôture, après avoir noté les recommandations formulées, Dr. Victor Makwenge Kaput a noté qu'il se dégage la nécessite pour la République Démocratique du Congo, d'innover au niveau de la lutte contre le cancer.

Et ce, en oeuvrant notamment, et sans plus tarder primo, et prioritairement à la création d'un Programme national de lutte contre le cancer, à la mise en place d'un Registre National de Cancer comme outil indispensable de suivi de l'évolution des données épidémiologiques de cette maladie. Secundo, et parallèlement, il a estimé qu'il faut également à l'élaboration d'une politique nationale de prévention et de lutte contre le cancer et pour une prise en charge optimale dans les hôpitaux qui doivent être adaptés conséquemment au plan des infrastructures et des ressources humaines. A cela doit s'ajouter la formulation d'une politique d'information et de sensibilisation de la population face à la réalité du cancer généralement peu connue d'elle.

Dr. Victor Makwenge a rassuré la Linac du soutien de son ministère. «Et, en ce qui me concerne personnellement, je ne ménagerai aucun effort pour que des résolutions et recommandations se transforment en projet palpable appelé lui-même à se concrétiser rapidement. A ce propos, le Secrétaire général à la Santé publique va être instruit quant à ce, pour la prise en charge de l'ensemble de ce dossier que je qualifie de prioritaire», a-t-il déclaré. Il en a appelé chacun à réaliser que le cancer est un grand défi et que la lutte contre ce mal dans notre pays ne peut être relevé que grâce à une synergie des actions, une mise en commun de initiatives des différents Secteurs et Programmes du ministère de la Santé publique.

Une priorité sanitaire

Quant aux recommandations, il sied de noter qu'elle ont été formulée à l'endroit de la Linac, du gouvernement et des partenaires privés. A la Linac, il a été recommandé, entre autre, la création des registres de cancers pour nos hôpitaux, pour permettre la collecte régulière des données épidémiologiques sur les différents cancers dans le milieu, la mise en place des protocoles concertés de prise en charge de différents cancers et la vulgarisation par des émissions télévisées et radiodiffusées, par des dépliants, des signes d'appels des différents cancers permettant à la population de la consultation précoce.

Au gouvernement, les participants ont demandé l'intégration de la lutte contre le cancer parmi les priorités sanitaires par la création d'un programme national de lutte contre le cancer,la formation et le recyclage du personnel médical et paramédical dans le domaine d'oncologie, de radiothérapie et de radio physique. Le gouvernement doit en outre, assurer une couverture nationale en unité de prise en charge intégrée de cancer, comprenant les services d'oncologie et de radiothérapie selon les normes fixées par l'OMS. Il lui est également recommandé l'encouragement des Initiatives privées intéressés dans la lutte contre le cancer en leur allouant des subsides, la constitution d'un circuit fiable d'approvisionnement des produits anticancéreux et l'opérationnalisation du programme national de promotion des mutuels de santé afin d'accroître l'accès aux soins des populations.

Les partenaires doivent quant à eux soutenir la ligue nationale dans ses initiatives de lutte contre le cancer. Déjà un bon nombre ont manifesté leur intérêt pour la cause en apportant leur appui à l'organisation de ces 4ème journées scientifiques du cancer. Il s'agit, notamment du Grand Hôtel Kinshasa, de l'imprimerie AGB, de Sultani Hôtel, du Centre hospitalier Nganda et de Cefa Monkole, de la FondationVodacom, de la société Texaf et la Bracongo.

Par Raymonde Senga Kosi

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !