Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Ville de Boma : L’hôpital de la Croix-Rouge se meurt - 11/10/2006 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La reconstruction nationale prônée par le gouvernement de transition devrait se traduire dans tous les domaines de la vie. La Rd Congo est accusée de n’avoir pas des infrastructures fiables et valables. D’où la nécessité de les reconstruire, ou tout simplement de les réhabiliter, surtout les hôpitaux, les écoles, les routes et ponts, sans oublier les bureaux et autres édifices.

Oeuvre du colonisateur belge, l’hôpital de la Croix-Rouge de Boma est à l’abandon. Elle se meurt lentement mais sûrement. A l’époque coloniale, cette formation hospitalière était fréquentée par des sujets belges, portugais et autres pour des soins de santé. Ceci, grâce au confort des infrastructures et au matériel médical ainsi qu’à son environnement.

Mais, c’est tout le contraire que l’on voit depuis l’accession du Congo-Belge à l’indépendance, surtout après le départ massif et définitif des Belges pour des raisons politiques, au lendemain de l’indépendance. Cette formation hospitalière enregistre depuis quelque temps le vol de matelas, de lits, de médicaments, de literies, etc. Les murs n’ont plus reçu une couche de peinture depuis plusieurs années, voire des décennies. Les vitres, fenêtres, portes et chaises sont cassées et n’ont jamais été remplacées.
A peine l’on voit de petits triplex placés ça et là pour remplacer les vitres. Les installations sanitaires sont presque bouchées. Les insectes cohabitent avec les malades et le personnel administratif. Malgré ce sombre tableau, cette formation hospitalière continue à recevoir des malades. Rappelons que c’est dans cet hôpital que fut interné dans la chambre n° 8 le premier président de la République démocratique du Congo, Joseph Kasa-Vubu. Il y trouva la mort le 24 mars 1969.

A ce jour, paradoxalement, aucun signe particulier ne montre que le premier président de la République de la RDC y fut interné et y trouva la mort. Ni l’Office national du tourisme (ONT), ni la ville de Boma et moins encore l’hôpital Croix-Rouge ne songe à faire de la chambre n° 8 un véritable site touristique pour honorer la mémoire de feu le président Joseph Kasa-Vubu.
C’est ici l’occasion de lancer un appel aux hommes de bonne pour que cette idée soit concrétisée.

Par WASHINGTON

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !