Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

La paralysie flasque aigüe atteint Kinshasa : 2 morts suspects à N’Djili - 26/02/2011 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Deux élèves d’un établissement scolaire du quartier 7 de la commune de N’Djili ont succombé d’une maladie dont les symptômes rappellent ceux de la paralysie flasque aigüe. La zone de santé confirme l’existence d’une épidémie. A l’autorité sanitaire de la RDC de faire vite pour contrer sa progression. Deux décès suspects à l’espace d’un mois dans un établissement d’enseignement primaire, secondaire et professionnel à N’Djili, à savoir l’Institut professionnel Bosembo a créé la panique dans le rang de la communauté scolaire de cette commune. Certains évoquent la sorcellerie comme cause probable de ces décès.

Car, selon des témoignages recueillis sur place, les deux élèves ont présentés des symptômes similaires : paralysie des membres inférieurs et supérieurs, rétention urinaire, etc. Le troisième cas de cette maladie, non encore diagnostiquée, est interné au Centre médical La Grâce au quartier 7 dans la commune de N’Djili.

L’un du personnel de centre, rencontré hier vendredi au bureau du bourgmestre de N’Djili pour transmettre l’information à l’autorité locale, a attesté la présence d’une épidémie. C’est probablement, a-t-il dit, un cas d’épidémie - une forme avancée de poliomyélite. « Nous avons reçu ces cas. Au départ, on ne comprenait pas exactement ce qui se passait. Ce n’est qu’après les deux décès et le troisième cas que nous avons confirmé l’existence d’une épidémie. Nous avons prié les élèves de ne pas être en contact avec les corps des gens qui présentent déjà cette maladie. Malheureusement, surexcités, tous croient qu’il s’agit de la sorcellerie. C’est pourquoi, nous avons alerté les responsables de la zone de santé pour qu’ils se saisissent de cette situation et alertent les autorités sanitaires du pays ».

Confirmation des autorités sanitaires locales

Contacté au téléphone hier en fin de journée, l’administratrice de la zone de santé de N’Djili a confirmé l’information. « Nous sommes réellement au courant de cette épidémie. Mais, c’est un dossier technique sur lequel je suis limitée pour vous donner plus d’explication. Il faut voir le médecin chef de zone » Et, c’était tout. Personne donc à ce jour ne sait dire exactement ce qui se passe dans cette école de la commune de N’Djili située à moins de 100 mètres de la maison communale.

Toujours est-il que deux élèves ont déjà succombé à cette maladie mystérieuse. Un autre est en hospitalisation. Mais, il y a certainement d’autres élèves qui ont été en contact avec les trois précités, et qui probablement pourraient présenter des symptômes dans les prochains jours. Il y a donc urgence à parer au plus pressé avant que la situation n’atteigne des proportions inquiétantes.

A N’Djili, l’on ne sent pas encore la gravité du mal qui s’est abattu dans la commune. Car, à ce jour, tout le monde s’est réfugié derrière la sorcellerie pour donner une explication à ces morts en série de l’Institut Bosembo. Mais, le personnel médical, comme celui du Centre médical La Grace, est convaincu qu’il s’agit d’une épidémie – non encore identifiée – mais similaire à la paralysie flasque aigüe.

S’agit-il alors de ce poliovirus sauvage ou de la paralysie flasque aigue qui a tout récemment fait irruption en RDC par la ville de Kikwit dans le Bandundu ? On n’est pas loin de cette éventualité.

Jadis éradiquée, la paralysie flasque aiguë, une forme avancée de la poliomyélite, avait réapparu en décembre 2010 à Kikwit où elle a causé la mort d’une quinzaine de personnes.

Jusqu’à la mi-décembre, 36 cas de paralysie flasque aiguë dont quinze décès ont été déjà enregistrés à Kikwit, dans la province du Bandundu. Le gouvernement avait alors organisé une campagne de riposte pour contrer l’épidémie.

Mais, les morts de l’Institut Bosembo à N’Djili prouve que l’épidémie a pu finalement atteindre la ville de Kinshasa. La forte concentration de la population dans les communes populaires de l’Est devait faire craindre le pire et pousser les autorités à agir urgemment.

Par Faustin Kuediasala

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !