Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Le ministère de la Santé publique annonce la 3ème phase de vaccination contre la polio - 16/06/2011 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La 3ème phase de la campagne de vaccination contre le poliovirus sauvage démarre le 25 juin 2011. Le ministre de la Santé publique, Victor Makwenge Kaput, l’annoncé, le mercredi 15 juin 2011 au cours d’un point de presse tenu au siège du Programme élargi de vaccination (Pev) à Gombe. Cette troisième phase se déroulera du 25 au 29 juin 2011.

Du 25 au 27 juin, cette campagne se déroulera dans les provinces du Bandundu, Bas-Congo, Katanga et au Kasaï Oriental. En à croire le ministre, tous les enfants de 0 à 5 ans recevront deux gouttes de ce vaccin. Pour la ville de Kinshasa, le ministre affirme que, du 25 au 29 juin 2011, toute la population sans exception sera vaccinée contre la polio. La rencontre du ministre avec la presse au siège du PEV visait à faire, une fois de plus, le point de l’état de l’épidémie de poliomyélite dans le pays et de présenter les résultats de la deuxième phase des journées nationales de vaccination, JNV, qui correspond au troisième passage de riposte dans la ville de Kinshasa.

Au chapitre des résultats de la campagne précédente, le ministre affirme que la couverture vaccinale la plus importante des enfants de moins de 5 ans a été enregistrée au Kasaï Occidental avec 119,2 % et au Nord-Kivu avec 117 ,5 %. Pour ce qui est de la ville de Kinshasa où toute la population a été vaccinée, le taux est de 112,8 % et de 97,3% dans la zone de santé Massa dans le Bas-Congo.

Le ministre a également fait l’état des lieux de la maladie en RDC. Il a donc dit que la circulation du poliovirus sauvage en RDC était interrompue de 2001 à 2005. Malheureusement, a-t-il enchainé, le faible niveau de couverture vaccinale en Programme élargi de vaccination (Pev) systématiquement lié à la faiblesse du système de santé et à la persistance d’un grand nombre d’enfants non vaccinés lors des activités de vaccination supplémentaires (AVS) a été à la base de la réintroduction du poliovirus sauvage (PVS) dans le pays en février 2006 à partir de l’Angola. Depuis lors, a-t- il dit, des cas de poliomyélite sont dépistés chaque année à travers le pays : 13 cas en 2006, 41 cas en 2007, 5 cas en 2008, et 3 cas en 2009. En 2010 a-t-il précisé, la RDC a enregistré le plus grand nombre de PVS depuis l’épidémie de la ville de Mbuji-Mayi en 1999, où 100 cas de PVS ont été notifiés.

Et en 2011, a-t-il poursuivi, 54 cas de PVS ont déjà été enregistrés dont 33 cas dans la ville de Kinshasa, 12 cas dans le Bandundu, 6 cas dans le Bas-Congo, 2 cas dans le Kasaï Occidental et 1 cas dans le Katanga.

La plupart de ces cas, a dit le ministre, sont observés auprès de nos compatriotes qui ont refusé de se faire vacciner et qui se retrouvent malheureusement terrassés par cette pathologie. Par ce fait, il annonce que les bases tant épidémiologiques qu’immu-nologiques militent très fortement en faveur de plusieurs doses de vaccins pour protéger la population partout où il apparaît un nouveau cas de poliomyélite. Cette décision, a-t-il dit, est fortement conseillée par le comité du conseil technique de l’OMS pour l’éradication de la polio, qui formule, notamment la recommandation suivante : « Lors d’une épidémie, le dernier cas de PVS doit être suivi par au moins 2 passages d’Activités de vaccination supplémentaire (AVS) ».

L’OMS considère tout cas de PVS dont la date de début de paralysie est de 10 jours où plus après le début de la dernière campagne comme étant infecté après la campagne. C’est malheureusement, a-t-il dit, le cas de la ville de Kinshasa, du Bas-Congo, du Kasaï Oriental et du Katanga.

« Fort de toutes ces considérations, le gouvernement de la République, avec l’appui de ses partenaires, a pris la décision d’organiser une riposte ciblée dans les provinces ci-haut citées », a-t-il fait savoir En outre, le ministre a rappelé le risque qu’un cas de poliovirus confirmé fait courir à plus de 200 personnes dans son environnement.

Comptant sur le soutien de la presse, le Programme élargi de vaccination a mis à la disposition des journalistes un « Guide média » afin de les aider à sensibiliser la population sur cette maladie. Ce guide renseigne sur les messages clés pour la campagne de vaccination, sur l’état des lieux de la maladie en RDC ainsi que le rôle des médias pour l’interruption de la circulation du poliovirus sauvage en RDC en 2011.

Le message suivant est repris dans ce guide à l’attention des médias : « Lorsqu’il n’y a pas de campagne, produisez et diffusez des programmes sur la vaccination, en relation avec les responsables de la vaccination à tous les niveaux. Contribuez à l’éradication de la poliomyélite et la protection contre les autres maladies cible du Programme élargi de vaccination ».

MIMI TAYELE

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !