Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la polio sauvage : le prof. Jean-Jacques Muyembe : « La prise répétée du vaccin n’entraîne aucun effet cumulatif » - 01/07/2011 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministère de la Santé publique a organisé, le mardi 28 juin au siège de l’Institut national de recherche bio-médicale (INRB), commune de Gombe, un point de presse au cours duquel le professeur-chercheur Jean-Jacques Muyembe a souligné l’importance de la prise du vaccin contre le virus de poliomyélite sauvage. Le prof. Jean-Jacques Muyembe a estimé que la seule prévention contre le virus de la poliomyélite sauvage est le vaccin. Le virus de poliomyélite, a-t-il dit, a trouvé un terrain propice en RD Congo parce qu’il se pose non seulement le problème d’accessibilité pour atteindre tout le monde, mais également au refus de certains parents de faire vacciner leurs enfants.

Pour arriver à l’éradication complète de ce virus en RD Congo, il faut une volonté politique au sommet de l’Etat. Parce que, a-t-il fait remarquer, l’apport du gouvernement est très faible en ce qui concerne l’achat de vaccins. Ce sont les partenaires qui font plus, a-t-il relevé.

Parlant de la vaccination de la population, il a appelé les intellectuels à convaincre les indécis à se faire vacciner massivement. Car le processus d’éradication de ce virus n’est plus seulement un problème scientifique, mais un problème socioculturel et anthropologique, a-t-il estimé.

Il a saisi cette opportunité pour insister sur l’amélioration du programme de vaccination de routine et la culture de vaccination auprès de la population. Le prof. Muyembe a relevé l’avantage qu’il y a à prendre plusieurs fois le vaccin contre la polio sauvage. Cela permet, a-t-il soutenu, de produire plus d’anticorps.

Le vaccin, a-t-il enchaîné, est un produit biologique qui n’entraîne aucun effet cumulatif. Même si on le prend plusieurs fois, cela n’a aucune conséquence néfaste, comparativement au médicament qui est un produit chimique dont le surdosage peut entraîner un effet cumulatif, a-t-il expliqué.

En Afrique, les interférences constatées à la prise du vaccin sont dues, par exemple, à la malnutrition chez les enfants. D’où l’importance de répéter plusieurs fois la prise du vaccin, a-t-il fait observer.

Enfin, le chercheur a appelé la presse à participer à l’éradication de cette maladie par la sensibilisation de la population.

Pour sa part, le directeur de cabinet du ministre de la Santé publique, Mapatano Mala, a insisté sur le fait que les femmes enceintes et les personnes déjà infectées par le virus doivent prendre le vaccin.

Mimi Tayele

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !