Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

L’engorgement mammaire : une préoccupation pour les femmes qui allaitent - 21/09/2011 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Après l’accouchement, et souvent durant les premières semaines de l’allaitement survient un engorgement mammaire qui, selon le Dr Jean-Jacques Lwadi, médecin directeur de l’Hôpital secondaire de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) à Kamayala, province du Bandundu en visite à Kinshasa, est une maladie caractérisée par une distension ou gonflement des seins, accompagné de douleurs ainsi que de la fièvre supérieure à 38°.

Dr Lwadi fait savoir qu’après l’accouchement, il y a la production naturelle de la prolactine qui est un élément favorisant la production du lait maternelle. Ce lait, soutient le docteur, contient des éléments très nutritifs pour le nouveau-né et joue également un rôle immunitaire. Si l’évacuation de ce lait est insuffisante, cela provoque une distension des seins qu’on appelle « engorgement mammaire », explique le médecin.

Selon le docteur Lwadi, le traitement d’un engorgement mammaire se fait selon 3 cas. Si la mère allaite et le nouveau-né ne tète pas

Dans ce cas, dit le docteur, il faudra vider manuellement les seins à l’aide d’un tire lait, puis mettre le lait dans un biberon pour en donner au nouveau-né. La mère devra toujours prendre un bain chaud et appliquer des compresses chaudes sur les seins. Il faut également procéder à un massage circulaire de seins.

Si la mère allaite et le nouveau-né tète

Pour ce cas, il faut augmenter le nombre de tétés et nourrir le nouveau-né aux deux seins à chaque fois qu’il en exprime le désir. Il faut également apaiser la douleur de la mère avant et après la tété. Avant la tété, cette douleur est apaisée en appliquant des compresses chaudes sur les seins. Et éventuellement, la prise d’une douche chaude.

Après la tété, les douleurs de la mère sont apaisées en assurant le maintien des seins par un bandage compressif ou par le port d’un soutien-gorge, en appliquant des compresses froides entre les différentes épisodes de tété et cela, dit-il, pour diminuer la congestion ou l’encombrement.

Et si nécessaire, ajoute-t-il, la prise d’un paracétamol de 500 mg 3 fois 1 gélule par jour et cela durant 5 jours, tout en insistant sur l’importance d’une suivie médicale.

Si la mère n’allaite pas

Il faudrait apaiser la douleur de la mère en assurant le maintien des seins par un bandage compressif ou par le port d’un soutien-gorge, évité de stimuler les mamelons pour empêcher la production de la prolactine responsable de la production du lait maternel, appliquer des compresses froides sur les seins pour diminuer la congestion et calmer la douleur, si nécessaire la prise d’un paracétamol de 500 mg par voie orale 3 fois 1gelule par jour et cela pendant 5 jours, toujours en insistant sur une suivie médicale après l’accouchement.

Le médecin insiste sur une bonne hygiène de la mère. Tout en rajoutant que cette dernière devra boire beaucoup d’eau et de jus de fruit , avoir une alimentation variée riche en protéines et calcium, qu’elle évite également la prise d’alcool, du tabac, du thé et du café qui sont des excitants, a-t-il insisté . Eviter également des aliments qui entraînent la flatulence, c’est-à-dire l’accumulation des gaz dans les intestins qui se traduit par un ballonnement abdominal. La mère devra également se laver quotidiennement les seins avec de l’eau et du savon, puis sécher doucement avec une serviette.

Le port d’un soutien-gorge est également conseillé. Et pour éviter d’infecter le nouveau-né, il faut protéger les mamelons avec une compresse sèche et propre.

MIMI TAYELE

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !