Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la mortalité maternelle en RDC : plaidoyer pour les normes de la pratique de sage femme - 09/02/2012 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La réunion d’orientation des membres de l’Union nationale des accoucheurs (ses) (UNAAC) sur les standards de l’International confédération of midwives s’est tenue, hier mercredi 8 février dans la salle Isidore Bakandja, de Caritas-Développement Congo. Organisée par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), en collaboration avec le gouvernement de la RDC, cette réunion veut, de manière générale, orienter les associations professionnelles ayant dans leur champ d’action la santé maternelle et néonatale pour un plaidoyer en faveur des normes et standards de la pratique de sage femme.

Du point de vue spécifique, elle veut présenter aux participants les normes et standards de la pratique de sage femme, discuter sur de nouvelles questions concernant l’éducation, la réglementation, les associations professionnelles et les politiques de gestion des sages femmes. Il a été aussi question, au cours de la réunion, d’analyser les enjeux et les défis de la réglementation du métier d’accoucheuse en RDC ainsi que de lancer un appel à l’intégration des normes et standards en matière de sage femme dans les programmes nationaux. Ce qui permettra l’extension des services de sage femme ainsi que l’amélioration des compétences de la sage femme.

A l’issue de cette réunion, les normes et standards de la pratique sont connus par les sages femmes, les institutions publiques impliquées dans la pratique de sage femme ont été sensibilisées. Les enjeux et défis de la réglementation du métier d’accoucheuse en RDC ont été définis. Enfin, l’UNAAC s’est dit engagée à mener un plaidoyer auprès du ministère de la Santé publique. Lequel consistera en l’adoption de la dénomination internationale des sages femmes et la création de l’ordre des sages femmes en RDC.

Il faut noter qu’à Kinshasa, près de 33% des maternités non qualifiées sont enregistrées, a indiqué Richard Dakam, représentant résident de l’UNFPA. Quant au nombre d’infirmiers accoucheurs, celui-ci est limité. D’où la volonté d’appuyer les sages femmes, a-t-il martelé.

Par ailleurs, cette réunion a connu la participation des accoucheuses de la ville de Kinshasa, les associations professionnelles, les différents programmes du ministère de la Santé publique, du cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, les établissements de formation médicale ainsi que les partenaires au développement. Car, le rapport mondial sur la santé en 2005 a identifié la sage femme comme une ressource humaine essentielle du système de santé permettant d’atteindre les Objectifs 4 et 5 du millénaire pour le développement. Raison pour laquelle l’UNFPA s’est engagé à investir dans les sages femmes afin d’accélérer la marche vers l’atteinte de l’OMD 5, à savoir, la réduction de la mortalité maternelle.

Il est important de signaler que, parmi les facteurs favorisant cette mortalité maternelle en RDC, l’on cite une faible accessibilité des femmes aux soins de qualité et l’insuffisance d’un personnel qualifié dans les formations sanitaires. Le DSCRP4 a identifié 74,9% d’accouchements qui ont lieu en présence d’un personnel formé en 2010. 29% d’accouchements dirigés par des accoucheuses, 36% par les infirmiers polyvalents et 7,7 par des médecins. Les états des lieux rapides dans les provinces de Kinshasa, Bandundu et Bas-Congo ont démontré une faible utilisation des services de maternité, une discontinuité dans le suivi de la parturiente.

Yves K.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !