Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Un projet pilote «d’homologation accélérée» des médicaments pour l’Afrique - 18/02/2013 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le projet pilote « d’homologation accélérée » est un nouveau projet de collaboration entre les responsables de la réglementation pharmaceutique dans les pays en développement et les experts internationaux travaillant pour le programme de présélection des médicaments de l’OMS. Selon un communiqué de l’OMS région Afrique, dix pays africains ont rejoint cette initiative de l’OMS qui vise à accélérer l’accès aux médicaments de qualité en Afrique.

Il s’agit d’encourager les autorités nationales de réglementation à accélérer l’homologation des médicaments qui ont déjà été évalués et approuvés dans le cadre de la procédure rigoureuse de présélection de l’OMS, ce qui veut dire que leur qualité, leur innocuité et leur efficacité ont été vérifiées sur la base des informations fournies par les fabricants, et après une inspection soigneuse des sites de fabrication et des sites cliniques.

Ce projet pilote « d’homologation accélérée » permet à ces pays de profiter de l’expertise internationale et des normes rigoureuses du programme de présélection des médicaments de l’OMS dans la mesure où dans de nombreux pays, les procédures d’homologation sont longues et coûteuses, parfois même dissuasives pour les industriels pharmaceutiques.

Le communiqué souligne que la liste OMS de produits présélectionnés va constituer un instrument essentiel pour les organismes des Nations unies et autres organisations procédant à des achats en gros de médicaments. « Ce projet pilote est une occasion de renforcer les capacités et de s’inspirer des meilleures pratiques », précise-t-on en citant Gabriel Kaddu, autorité nationale de réglementation pharmaceutique, en Ouganda.

Quant aux avantages de l’expertise internationale de ce projet, Joelle Daviaud, spécialiste de l’assurance de la qualité au Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, salue cette initiative d’homologation accélérée. « Depuis 2002, le Fonds mondial a lancé un appel aux autorités nationales pour qu’elles utilisent les conclusions du processus de présélection, au lieu de répéter les procédures et de dépenser du temps et de l’argent pour des vérifications qui ont déjà été faites », déclare-t-elle en affirmant que cette initiative est la première tentative officielle pour le faire.

Dans le même ordre d’idées, Milan Smid, qui pilote le projet d’homologation accéléré à l’OMS a expliqué que les autorités de réglementation pharmaceutique ont généralement des ressources limitées. Ce projet leur permet de profiter de l’expertise internationale et des normes rigoureuses du programme de présélection des médicaments de l’OMS.

S’agissant de l’évaluation, le communiqué note que dans le cadre de ce projet, lorsqu’un fabricant dépose une demande d’homologation d’un produit présélectionné dans un pays participant, il s’engage à communiquer l’intégralité du dossier d’évaluation et d’inspection ayant servi de base à la présélection à une personne désignée de l’autorité de réglementation nationale, via un site Internet sécurisé.

L’autorité nationale de réglementation utilise les rapports de présélection pour décider de manière indépendante d’homologuer ou non les médicaments dans ce pays.

Pour Milan Smid, cette initiative permet d’établir des canaux de communication solides sur les résultats des procédures d’évaluation et d’inspection avec les autorités de réglementation pharmaceutique des pays en développement, et pourrait servir de modèle pour instaurer une collaboration entre les autorités elles-mêmes, en particulier dans les pays ayant des besoins sanitaires similaires. Il a ajouté que l’idée centrale n’est pas seulement de faire homologuer les produits, mais aussi de maintenir une circulation à double sens de l’information une fois que le produit est utilisé.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !