Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Un vaccin expérimental pour le traitement de la fièvre hémorragique à virus Ebola - 25/01/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Selon une annonce publiée par le journal scientifique, le Public Library of science Pathogens, un vaccin contre le virus Ebola a été découvert par l’un des auteurs de l’étude, Steven Jones, du laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg au Canada. Pour cet auteur, il s’agirait du premier traitement pour guérir les patients infectés par ce virus mortel, identifié pour la première fois en 1976 au Soudan. Pour rappel, ce virus est l’un des plus dangereux au monde. Il peut frapper à n’importe quel moment. Cependant, existant depuis des millions d’années bien avant l’apparution de l’homme, le virus Ebola a causé plus de perte, au total, environ 1.100 cas dont 800 décès.


Signalons cependant que le virus Ebola tire son nom d’une rivière près de la ville de Yambuku, (région de l’Equateur), au Congo-Kinshasa, où ce microorganisme fut isolé lors d’une épidémie, qui débuta le 1er septembre 1976 à l’hôpital de cette localité. Entre le 1er septembre et le 5 novembre 1976, 318 personnes contractèrent le virus et 280 en moururent. En 1929, une nouvelle souche de virus Ebola fut identifiée lors d’une enquête sur les causes de la mortalité anormale des singes cynomolus, importés des Philippines, dans une animalerie de quarantaine à Reston, USA. 2 gardiens ont été infectés mais leur rétablissement fut rapide sans traitement spécifique.

Le 4 mai 1995, débuta, une épidémie à Kikwit à l’ex- Zaïre. Le nombre de malade quadrupla tous les 10 jours et la population prit rapidement conscience du danger que représentaient les soins apportés aux patients et la toilette des morts. Pour des raisons plus claires, le virus ne vit pas à l’aire libre, il ne sort que rarement de sa niche écologique. Son réservoir naturel reste inconnu, mais semble se trouver dans les forêts tropicales d’Afrique et du Pacifique occidental. Son diagnostic est difficile, car les symptômes précoces tels que les yeux rouges et des démangeaisons oculaires sont non spécifiques. Si quelqu’un présente les symptômes cités précédemment et que l’infection par le virus Ebola est suspectée, plusieurs tests de laboratoire doivent être faits (méthode ELISA, isolation du virus). L’hospitalisation avec mesure d’isolement approprié, y compris pendant le transport, s’impose devant la suspicion clinique fièvre hémorragique virale.

Cependant, il convient de signaler qu’auparavant des vaccins étaient administrés de façon préventive, mais actuellement, grâce à la découverte du docteur Steve Jones, ainsi que les tests en laboratoire entrepris sur trois espèces animales différentes ont démontré que le vaccin permettait à la moitié des animaux infectés de survivre lorsque le médicament était inoculé dès les premiers signes d’infection.

Par ailleurs, des tests poussés doivent encore être menés, car il est encore trop tôt pour utiliser ce vaccin en Afrique, c’est un processus qui pourrait prendre plusieurs années.

NYNETH MOSANGO (STAGIAIRE)

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !