Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

La tuberculose tue encore 4 400 personnes par jour - 26/03/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le rapport mondial sur la lutte contre la tuberculose, rendu public quelques jours avant la Journée mondiale, par l’OMS, révèle que la maladie dite «des toux chroniques» a cessé sa progression, mais que les progrès de la lutte contre la tuberculose sont ralentis à cause de l’inégalité d’accès à la fois au diagnostic et au traitement, à l’intérieur des pays les plus touchés. L’Oms souligne, par ailleurs, que la tuberculose est une importante cause de décès parmi les personnes vivant avec le VIH/SIDA et le VIH, particulièrement en Afrique subsaharienne.

Le rapport de l’OMS estime que le pourcentage de la population mondiale touchée par la tuberculose a atteint un pic en 2004, puis s’est stabilisé en 2005. Les régions du monde les plus affectées restent l’Europe de l’Est, l’Afrique et la Méditerranée orientale. En revanche, les Amériques, l’Asie du Sud-Est et le Pacifique occidental «sont désormais en bonne voie d’atteinte de leurs objectifs du plan mondial 2015 de réduire de moitié le nombre de cas de tuberculose et de décès dûs à la maladie», selon l’OMS. Globalement donc, les taux d’infection se stabilisent dans toutes les régions : la maladie a tué un million six cent mille personnes en 2005 contre un million sept cent mille l’année précédente. Cette stabilisation est encourageante mais il reste beaucoup à faire pour parvenir à réduire de moitié le nombre de décès d’ici 2015, objectif du millénaire.

«Il faut mettre en œuvre de nouvelles stratégies pour le traitement de la tuberculose et multiplier les efforts de recherche [face aux formes multirésistantes]», affirme le président de Médecins sans frontières (MSF), Jean-Hervé Bradol. Et, selon lui, «l’OMS a un rôle de tout premier plan à jouer dans ce domaine», pour que soient améliorés les campagnes de vaccination ainsi que les tests de dépistage, et pour accélérer la recherche de nouveaux médicaments, mieux adaptés.

55% des malades respectent la totalité du traitement

La lutte contre la maladie est rendue compliquée par l’émergence de formes ultra-résistantes aux médicaments, et par le lien avec le VIH/SIDA. L’OMS estime que cinquante pour cent des séropositifs sont atteints de tuberculose, ce qui place cette pathologie au premier rang des maladies opportunistes liées au SIDA. Or, témoigne le docteur Liesbet Ohler, qui travaille pour MSF dans un bidonville près de Nairobi (Afrique) : «Traiter simultanément la tuberculose multi résistante et le SIDA est une tâche très ardue à cause des interactions entre les médicaments et les nombreux effets secondaires, sans parler de tous les comprimés que les patients doivent prendre quotidiennement».

Résultat : seule un peu plus de la moitié des malades (55%) a suivi la totalité du traitement prévu sur 18 à 24 mois ; les autres sont «décédés ou ont abandonné le traitement à cause des effets secondaires, de l’isolement [manque de suivi médical] et de la mauvaise tolérance aux médicaments», précise l’ONG. Mais en interrompant leur traitement, les malades développent une tuberculose ultra résistante dont la propagation menace de compromettre, désormais, les progrès réalisés en ce qui concerne la stabilisation de l’épidémie. MSF assure avoir traité, depuis 1999, quelque 570 patients souffrant de forme de tuberculose multi résistante à tout traitement existant, en Arménie, en Géorgie, en Ouzbékistan, au Cambodge, en Thaïlande, et en Ouganda.

La recherche a besoin de cinq fois plus de moyens

Pourtant, si cette maladie est mortelle, il est possible d’en guérir. L’intérêt du dépistage précoce est double : il permet d’optimiser les chances d’efficacité des traitements et de freiner la propagation d’une maladie au demeurant fortement contagieuse. Mais, le rapport révèle que les tests de dépistages sont insuffisants : «Le dépistage du VIH est de plus en plus pratiqué chez les tuberculeux en Afrique mais peu de personnes vivant avec le VIH sont soumises à un dépistage de la tuberculose». Par ailleurs, le type de test de dépistage le plus utilisé, mis au point il y a plus de cent ans, repose sur l’analyse de crachat au microscope. Une technique qui ne permet de dépister que 45% à 60% des cas de tuberculose : l’OMS déplore «des installations de laboratoire inadéquates et un manque critique de personnel de santé dans les pays les plus fortement touchés par la tuberculose».

DOMINIQUE RAIZON

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !