Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Tuberculose : la RDC met le cap sur l’innovation dans la recherche - 25/03/2010 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« En route contre la tuberculose, Innovons pour agir vite contre la tuberculose», thème de la journée mondiale de la tuberculose 2010. Cela indique l’orientation prise cette année pour lutter contre la maladie. C’est l’innovation dans la recherche pour améliorer et rendre plus exactes et simples les méthodes de diagnostic, a déclaré le ministre de la Santé.

Le Programme nationale contre la tuberculose (PNT) a organisé mercredi une journée de sensibilisation et de mobilisation sur la tuberculose en son siège de Kabinda, commune de Lingwala. Le thème de la journée « En route contre la tuberculose, Innovons pour agir vite contre la tuberculose», indique l’orientation prise cette année pour lutter contre la maladie. C’est l’innovation dans la recherche pour améliorer et simplifier les méthodes de diagnostic.

Selon le Dr. Okiata, directeur du PNT, la tuberculose reste un problème de santé publique majeur en RDC. Le pays est classé 11ème au monde et 4ème en Afrique par rapport à la charge qu’elle porte de la tuberculose. Malgré l’amélioration de la prise en charge de la tuberculose, on dénombre 4000 malades qui meurent de la maladie chaque année. Sur le terrain, les outils sont anciens et inefficaces face à la tuberculose « multi et ultra résistante ».

Pour le directeur adjoint de l’USAID, la tuberculose est un problème de développement, car ses victimes sont improductives pendant longtemps et sont un » lourd fardeau économique pour les familles, les communautés et les pays ». Alors que la maladie est curable depuis plus de 50 ans, la tuberculose est souvent détectée en retard, mal ou pas du tout soignée. Ce qui provoque la transmission et le décès. Il y a plus de 9 millions de nouveaux cas et plus de 1,3 million de cas de décès à cause de la tuberculose chaque année. Avant de préciser que les Etats-Unis, à travers l’USAID, soutiennent les programmes de lutte contre la tuberculose dans 40 pays. Cette année l’USAID accompagne la République démocratique du Congo à travers ses partenaires avec plus de 4 millions de dollars américains.

Nécessite d’achever son traitement

Le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis l’accent sur l’achèvement du traitement contre la tuberculose. Tous les continents, toutes les tranches d’âge sont touchées en dépit des efforts. Ainsi, 22% de nouveaux cas sont enregistrés parmi la population mondiale, moins de 50% de nouveaux cas sont dépistés et moins de 80% achèvent leur traitement. Il lance un appel à la mobilisation de toutes les communautés et de la Société civile pour réduire le taux de mortalité grâce à un diagnostic précoce et l’administration des soins.

Le ministre de la Santé, Victor Makwenge, a, quant à lui, rappelé que La RDC est fortement touchée par la maladie malgré la gratuité des soins. Ainsi depuis 2006, la tuberculose a été déclarée « urgence nationale ». Il en appelle à la responsabilité collective qui nous demande d’œuvrer tous à la maîtrise de la maladie.

Son adresse s’est clôturée par un appel à la communauté internationale à continuer d’être solidaire dans cette lutte avec des moyens.

La cérémonie entrecoupée de saynètes sur la perception de la tuberculose par la population et de messages de sensibilisation, a éveillé l’attention du public sur le quotidien avec les malades. Perte de poids, sueurs, fatigues, traitement long, etc. On peut passer à côté du diagnostic et c’est très souvent le cas ; après le dépistage, c’est le moment du traitement, il est long, entraîne souvent des effets secondaires, mais il ne faut pas abandonner. Pour la famille du malade, le chemin est long pour découvrir, acepter et accompagner le malade. C’est le message d’espoir qu’ont tenté de transmettre à travers leurs témoignages des personnes malades, guéries ou des familles affectées par la maladie.

A la fin de la cérémonie, le représentant de l’OMS a remis des congélateurs à trois acteurs du corps médical congolais qui se sont distingués dans leur tâche et ont été très actifs dans la lutte contre la maladie. Deux canots rapides ont été remis au ministre de la Santé par les bailleurs de fonds, qui les a remis à deux médecins coordonnateurs des zones de santé.

JAIMIE LUFUTA (STAGIAIRE)

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !