Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Kinshasa : les produits des pharmacies ambulantes favorisent la résistance aux médicaments - 05/03/2011 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dans les marchés de Kinshasa, des hommes et des femmes vendent à la criée et pour des sommes modiqus, des plaquettes et comprimés en vrac. Ils vantent les mérites de ces produits qui soulagent rapidement des symptômes banals et courants qui, pour la plupart, cachent souvent de maux plus graves. Les produits disponibles soulagent la fièvre, diverses douleurs, sont des vermifuges, antibiotiques, antigrippaux,… Pour les vendeurs dans les marchés, ces pharmacies ambulantes sont une aubaine pour les maux quotidiens. Ils peuvent se soigner sans être obligés de laisser leurs marchandises et ils n’achètent que la quantité dont ils ont besoin.

Pour ces pharmaciens de fortune, il s’agit d’un commerce comme un autre. « Il faut bien gagner sa vie, et puis nous ne vendons que de petits produits. Il n’ont pour la plupart pas d’effets secondaires ». Après observation, ces produits sont souvent périmés ou à la limite de la date de péremption.

Leur conservation laisse à désirer et l’originalité est difficile à contrôler. Un danger pour le consommateur, en effet, la bonne conservation des médicaments participe à son efficacité dans l’organisme autant qu’un usage approprié selon une posologie prescrite par un personnel soignant attitré.

Le principe de cette automédication est simple, soigner le symptôme ou la sensation de malaise qui envahit le corps. Mais certains vendeurs abonnés à ces pharmacies avouent qu’au fur et à mesure qu’ils prennent ces produits sans prescription et de façon répétée, ils ressentent souvent que le produit n’a plus d’effet et la logique est d’augmenter la dose.

Une situation certainement dangereuse pour l’organisme. Ce phénomène dont ils sont victimes est bien connu des médecins. C’est la « La résistance aux antimicrobiens», également appelée « pharmaco résistance ». Les médecins la décrivent comme la résistance d’un micro-organisme à un médicament antimicrobien auquel il était jusque là sensible. Un phénomène qui cause causant au moins 150 000 décès par an, selon l’OMS.

Cette résistance est due à une mauvaise utilisation des médicaments, notamment la prise d’une dose inférieure à la normale ou l’interruption d’un traitement ou encore l’utilisation de médicaments de mauvaise qualité, des prescriptions erronées et la lutte insuffisante contre les infections. Ce qui est souvent le cas pour les adeptes de ces pharmacies ambulantes.

Pour l’OMS, la lutte contre ce phénomène est « freinée par le manque d’engagement des pouvoirs publics, le manque de surveillance et la diminution du nombre d’outils de diagnostic, de traitement et de prévention ».

Dans une réunion avec un groupe de travail d’États membres sur les produits médicaux, le Directeur général de l’OMS, Dr Margaret Chan, a rappelé que la « toute première priorité pour la santé publique est de protéger la population contre les méfaits des médicaments de mauvaise qualité.

C’est une responsabilité qui revient aux autorités nationales pharmaceutiques ». Et pourtant à Kinshasa, ces pharmacies de la mort sont connues de tous, même des autorités administratives du marché qui ne manquent pas, à l’occasion de leur faire payer une taxe.

L’OMS tire la sonnette d’alarme à travers le monde. La résistance antimicrobienne n’est pas un problème nouveau, mais la situation est à ce jour très préoccupante, car une infection résistante peut être mortelle, se propager rapidement surtout un probable traitement sera long et coûteux pour les individus et la société.

Ainsi, « d’importants efforts doivent être mis en place avec urgence afin d’empêcher un possible retour en arrière lorsque les antibiotiques n’existaient pas »indique le rapport de l’OMS.

JAIMIE LUFUTA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !