Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Bas-Congo : les hôpitaux manquent de médecins spécialistes - 13/04/2011 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Au Bas-Congo, les hôpitaux manquent cruellement de médecins spécialistes. Faute d’équipement, ils ne peuvent les accueillir et les payer. Car ayant fait de longues études, ils coûtent plus cher que les généralistes, ce dont se plaignent aussi les patients. A peine 13 médecins spécialistes pour 28 hôpitaux de référence ! Pour une population de 3,6 millions d’habitants, la province du Bas-Congo, au Sud-est de Kinshasa, est mal lotie.

A Matadi, chef-lieu de la province, l’hôpital général de référence de Kinkanda, le plus important de la ville avec ses 250 lits, n’a qu’un seul spécialiste, un chirurgien. «C’est insignifiant, car il faut normalement au moins 4 médecins spécialistes par hôpital : un chirurgien, un interniste, un pédiatre et un gynécologue obstétricien», explique le médecin inspecteur provincial, Dr Oscar Mavila.

Plus grave : le Bas-Congo n’a ni pédiatre, ni interniste (cardiologue, neurologue, diabétologue etc.). Dans certains hôpitaux privés, ces spécialistes viennent deux fois le mois de Kinshasa, pour consulter et traiter les malades.

Leur arrivée est annoncée à la radio et à la télévision. Mais ils ne restent pas longtemps : une semaine au maximum. Dans les établissements publics, un cardiologue vient aussi souvent, mais uniquement pour le personnel du gouvernorat de province. «C’est bien mais pour nous qui devons consulter un pédiatre en cas d’urgence pour nos enfants, c’est vraiment pénible», se plaint Jordine Asumani, une habitante de Matadi.

Rares et onéreux

En RD Congo, ces spécialistes sont formés aux Cliniques universitaires de Kinshasa, de Lubumbashi (province du Katanga) ou de Kisangani (Province Orientale). Après leur diplôme de doctorat, les candidats doivent d’abord être inscrits au tableau de l’Ordre des médecins, avant de postuler pour une spécialisation. La formation dure au minimum 4 ans. Mais «les coûts, 450 Usd l’an, sont cher et la formation parfois humiliante, car les maîtres nous traitent comme des étudiants», témoigne un médecin en cours de formation aux Cliniques universitaires de Kinshasa.

Formés en petit nombre au pays, ils sont très recherchés. Leur service devient alors onéreux pour les hôpitaux, qui ne sont pas toujours prêts ou en mesure d’y mettre les moyens en jeu. Le spécialiste coûterait, en effet, 1,5 fois plus que son collègue généraliste. Une différence de traitement, qui s’explique par une formation plus longue, mais qui serait souvent à l’origine de conflits entre les deux corps du métier, rendant leur cohabitation assez difficile.

A Matadi, une brouille les a opposés il y a quelques années à Kinkanda, suite à une réclamation des médecins spécialistes qui exigeaient la prise en compte de leur indice dans le calcul de leurs honoraires. «Les généralistes pensaient que nous allions prendre leurs postes de commandement», raconte l’un des quatre spécialistes qui y travaillaient à l’époque.

Certains hôpitaux ne peuvent, en outre, pas faire appel à des spécialistes parce qu’ils n’ont simplement pas d’équipements appropriés qui leur permettent de faire correctement leur travail. Pas de cardiologue, en effet, sans appareils d’échographie cardiaque, d’électrocardiographie ou de salle de réanimation… «C’est regrettable, car la population a vraiment besoin de nous !», s’exclame Dr Vangu Payadu, chirurgien à l’Oeuvre médicale pour la promotion de la santé à Boma (120 km de Matadi).

Les campagnes désemparées

La situation est encore beaucoup plus dramatique pour les formations médicales de campagne. Il est déjà difficile d’y rencontrer un médecin, vu les conditions précaires de travail qui y prévalent. Généralement et souvent exceptionnellement, c’est un généraliste qu’on peut y rencontrer.

Au centre de santé de Songololo, à 70 km de Matadi, le personnel médical est ainsi embarrassé quant il doit demander aux villageois qu’un malade soit transféré dans un hôpital où il y a un spécialiste. Pour eux, «le faire signifie que le maladie est grave et que la patient va mourir. Souvent c’est la panique, parfois ils ne partent pas faute de moyen.»

A la fois recherchés et critiqués notamment pour les frais élevés qu’ils exigent (5 000 Fc pour la consultation contre 3 000 aux généralistes dans le public, 10 000 Fc et 5 000 chez les privés), ces médecins se défendent comme ils peuvent. «J’ai étudié, il ne faut pas que je brade mon métier», dit à chaque fois l’un d’eux, quand ils s’expliquent dans les médias à Matadi.

A Boma, Dr Vangu qui a accepté d’aller œuvrer dans son milieu d’origine, contrebalance : «Moi, je fais une médecine de masse, car les gens sont pauvres.».

SYFIA/LP

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !