Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Préserver la santé de la mère et de l’enfant, une priorité pour l’UNFPA - 23/04/2011 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Lancée le 4 avril, la Campagne pour la réduction de la mortalité maternelle (CARMA) reste une prise de conscience. En tant que telle, elle mérite d’être inscrite au programme officiel du gouvernement afin de préserver la santé de la mère et de l’enfant.

Avec 51% des femmes et 25 % en âge de procréer, la RDC est classée parmi les six pays du monde où la mortalité maternelle est élevée. Toutes les 30 minutes, une femme meurt en donnant la vie. Cette situation est plus favorisée par les facteurs socioculturels. Parmi ceux-ci, se classent des accouchements précoces, très rapprochés ainsi que très tardifs. A ces causes, se range également le manque d’un personnel qualifié lors des accouchements présentant des complications.

Raison pour laquelle, le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) s’est fixé comme objectif de réduire au maximum d’ici 2015, le taux de cette mortalité maternelle. Ce qui constitue même l’un des objectifs du millénaire. Cette mortalité maternelle constitue une situation délicate dont la résolution ne peut pas seulement être attendue du côté du ministère de la Santé mais aussi de la communauté entière. C’est ce qu’a indiqué Richard Dakam, représentant résident de l’UNFPA, au cours d’une conférence de presse qu’il a animée, hier vendredi le 22 avril, dans le cadre de la Campagne pour la réduction de la mortalité maternelle (CARMA).

Pour lui, il est inadmissible que cette CARMA qui reste avant tout une prise de conscience ne soit pas inscrite dans les agendas des hommes politiques. Et que la RDC qui a inscrit dans sa stratégie de lutte contre la pauvreté, la mortalité maternelle ne se reconnaisse pas dans une initiative continentale. Cette dernière place l’année 2011 sous une défensive multimédias en ce qui concerne la campagne d’information.

Trois facteurs permettent d’éradiquer à fond cette mortalité, a confirmé le représentant résident de l’UNFPA. Il s’agit d’un accouchement devant un personnel hautement qualifié, d’une prise en charge des complications d’une grossesse ainsi que d’une bonne planification familiale.

De toute évidence, la mortalité maternelle n’était pas un sujet d’intérêt avant les années 1970. Il a fallu d’un groupe de pionniers en 1986 pour se rendre compte que l’attention était plus portée vers l’enfant que la mère. Et pourtant, toutes les quatre heures un gros porteur s’écrase avec environ 250 femmes ayant comme dénominateur commun le fait d’être enceinte ou d’avoir récemment mis au monde. C’est la raison pour laquelle, il s’est tenu, à Niamey la conférence sur la maternité à moindre risque en 1987 et, en 2000, Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations unies, fixe les Objectifs du millénaire dont le cinquième vise la réduction de la mortalité maternelle.

YVES K. ET STELLA NGOMA (STAGIAIRE IFASIC)

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !