Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale de la tuberculose : l’OMS vise à réduire le nombre de décès d’ici 2015 - 22/03/2012 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le monde célèbre le 24 mars de chaque année, la Journée mondiale de la tuberculose. Pour cette année 2012, la journée appelle à envisager un monde sans tuberculose. Ce qui sous-entend une multiplication d’efforts pour un monde où l’on enregistre zéro décès dû à la tuberculose grâce à un traitement plus rapide, un test rapide, bon marché et simple et un vaccin efficace. A cet effet, l’OMS vise à réduire de moitié la prévalence et le nombre de décès d’ici 2015

Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé, OMS, un tiers de la population mondiale est aujourd’hui infecté par le bacille tuberculeux. Voilà pourquoi, le partenariat Halte à la tuberculose, réseau d’organisations et de pays qui luttent contre cette maladie, organise la Journée mondiale de la tuberculose pour montrer l’ampleur de l’épidémie et présenter les moyens de prévention et de traitement. Pour cette année, la journée permet aux habitants du monde entier de lancer personnellement un appel pour qu’il soit mis fin à la tuberculose de leur vivant. Les enfants d’aujourd’hui, les hommes et les femmes devraient envisager tous, de leur vivant, un monde où plus personne ne tomberait malade de la tuberculose, ni ne mourait de la tuberculose. En ce moment où les efforts se multiplient à travers le monde pour mettre fin à ce fléau, il est inexcusable que l’on puisse mourir de la tuberculose aujourd’hui, alors que la maladie peut être dépistée et soignée pour la modeste somme de US $100 dans la plupart des pays. D’ailleurs en RDC, grâce à des partenariats, le traitement est quasiment gratuit.

A l’occasion de cette journée, le partenariat «Halte à la tuberculose» lance un appel vibrant aux responsables politiques afin qu’ils puissent placer la maladie au centre de leurs préoccupations. «Nos responsables politiques doivent nous entendre. Songez, combien sont limitées les sommes que le monde dépense pour la tuberculose par comparaison à d’autres priorités. Les cinq pays ayant les budgets militaires les plus élevés au monde dépensent à eux seuls 1000 milliards de dollars par an pour leur défense. Seul 0,3% de ce montant suffirait pour combler le déficit financier annuel du Plan mondial Halte à la tuberculose 2011-2015 – permettant à des millions de personnes de recevoir un traitement antituberculeux de qualité et à la recherche indispensable sur la tuberculose de progresser».

Pour le partenariat «Halte à la tuberculose», les responsables politiques doivent penser aux individus d’abord. Car, il est difficile d’atteindre l’objectif d’un monde sans tuberculose tant que les personnes touchées par la maladie ne seront pas «au cœur de notre travail» ; et tant qu’elles n’auront pas prise sur la maladie en participant activement aux décisions en matière de traitement et de soins.

Il convient de souligner que la Journée mondiale de la tuberculose a pour but de faire mieux connaître l’épidémie mondiale de tuberculose et les efforts entrepris pour éliminer la maladie. Célébrée le 24 mars de chaque année, cette journée commémore la présentation par le Dr Robert Koch à un groupe de médecins, en 1882 à Berlin, de sa découverte du bacille de la tuberculose, qui a marqué le début des efforts entrepris pour diagnostiquer et traiter la maladie.

Par Raymonde Senga Kosi

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !