Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

La RDC ne dispose pas d’un programme officiel de lutte contre le cancer : Journée mondiale de lutte contre le cancer - 04/02/2013 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Hier lundi 4 févier, le monde a célébré la Journée internationale de lutte contre le cancer, sous le thème « le cancer, le savez-vous ? ». Le ministre de la Santé publique, Dr Félix Kabange Numbi, a, dans son allocution de circonstance, fait remarquer que le cancer constitue un problème majeur de santé publique. A cet effet, le ministre a fait savoir que le cancer est un fléau mondial qui n’épargne personne du fait de son âge, de son sexe, de sa race, de sa religion, de son état de richesse ou de pauvreté.

Faisant allusion au facteur risque de la maladie, le ministre indique que le cancer découle de la conjonction de plusieurs facteurs dont certains sont évitables tels que le tabac, les abus dans la consommation d’alcool, l’exposition aux infections comme le Sida, l’hépatite B et C, du papilloma virus qui expose au cancer du col de l’utérus.

Les abus dans la consommation des graisses, le manque d’exercices physiques et la non consommation des légumes et fruits, se comptent aussi parmi les facteurs à risque, relève le ministre de la Santé publique. « La mortalité due au cancer est, quant à elle, bien évitable pour plus d’un tiers de cas, si le cancer est dépisté précocement », dit le ministre convaincu que la prévention du cancer est possible par des comportements individuels et collectifs.

«Toutes les études concluent de manière identique que le cancer, bien que maladie grave, peut être prévenu pour au moins un tiers de cas, ceci grâce à l’hygiène de vie et à la vaccination contre certaines maladies ; le cancer peut être guéri pour aussi un autre tiers de cas et les chances de guérison sont importantes quand la maladie est découverte à ses débuts grâce au dépistage et moyennant un traitement adéquat », fait savoir le ministre.

Tout en précisant qu’un un examen médical réalisé à temps peut en effet sauver des vies. Il est donc indispensable d’être attentif et réactif face aux symptômes cancéreux tels que les lésions inhabituelles, la toux prolongée ; le saignement par un orifice corporel, l’indigestion persistante, précise le ministre de la Santé publique.
Pour ce faire, Dr Félix Kabange Numbi souligne qu’à la vue de ces signes, il est conseillé de consulter un médecin. Et que pour contrôler cette maladie, il faut nous mettre ensemble et nous engager à créer et à vivre dans un environnement sain, à enseigner et à former des cadres de santé pour soutenir la réglementation officielle en cette matière, a-t-il indiqué par ailleurs.

Se référant au thème interrogatif de la célébration de cette année, le ministre a fait remarquer que cette question qui nous est instamment posée renvoie à notre ignorance collective face aux mythes qui entourent cette maladie et qui interférent négativement dans la lutte pour la faire reculer.

« Ensemble, prenons conscience de la réalité du cancer en brisant les mythes qui font de cette maladie une fatalité. Engageons-nous dans la lutte pour faire reculer son poids dans notre pays et dans le monde », a exhorté le ministre.

Interrogé par radio Okapi sur l’état des lieux de cette maladie en RDC, Dr Mankoy Bajoko, médecin chef du service de cancérologie à l’Hôpital général de Kinshasa, a dit de ne pas pouvoir le faire à cause notamment de l’absence de statistique dans le domaine. Il fait mention également de l’absence d’un programme de lutte contre le cancer officiellement constitué.

« Il n’y a pas non plus de registre national qui permettrait de déterminer le nombre de cas par rapport à la population pour aider le ministère de la Santé publique à prendre des dispositions », a fait remarquer le cancérologue.

Écrit par MIMI TAYELE

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !