Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Le cocktail d’Arv, un traitement efficace du Vih/Sida - 11/02/2006 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Un traitement préférable de cocktail d’antirétroviraux précoce pourrait être la façon la plu efficace de lutter contre les Vih/Sida, selon une étude présentée récemment à l’issue de la 13ème Conférence annuelle sur le rétrovirus (Croi) organisée à Denver aux Usa.
Des experts présents à cette conférence ont indiqué que le commencement d’une thérapie par un traitement antirétroviral hautement actif (haart) dès le début de l’injection pourrait réduire de façon importante les risques d’effets secondaires sérieux liés à ces médicaments appropriés. Cette doctrine, notent les experts, va à l’encontre du jugement actuel de la médecine qui préconise que le traitement devrait intervenir aux séropositifs après qu’ils aient présenté des symptômes sévères en tenant compte de la toxicité de la thérapie susceptible de provoquer de sérieuses complications, notamment un blocage du niveau du fonctionnement des reins compte tenu de la toxicité du traitement. Les séropositifs, indiquent les experts, qui vont commencer à prendre un cocktail d’Arv tôt dans leur infection et continuent le traitement sans discontinuité, ont 60% moins de risque de défaillance rénale et de lipoactrophie ainsi qu’une régression localisée ou généralisée des tissus adipeux de l’organisme. Les risques de neurothérapie, qui présenterait une complication possible affectant le système nerveux, ont été réduits de 30%.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !