Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

VIH/Sida : la RDC lance les nouvelles directives de l’OMS et l’initiative de traitement 2015 de l’ONUSIDA - 16/09/2013 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La RDC figure désormais parmi les pays qui veulent rendre effective la génération sans Sida en procédant au lancement des directives de traitement aux antirétroviraux 2013 de l’OMS et l’initiative de traitement 2015 de l’ONUSIDA en RDC. L’adhésion de la RDC aux propositions stratégiques de ces deux guides va lui permettre d’intensifier des traitements pour réduire les nouvelles infections et la mortalité liée au VIH/Sida afin d’atteindre les objectifs 15 millions de personnes sous ARV que s’est fixé l’ONUSIDA. Ils permettront aussi à la RDC d’avoir plus de partenaires possibles pour la lutte.

Les deux guides de prévention et de lutte contre le VIH/Sida ont été lancés le samedi 14 septembre par le Programme national multisectoriel de lutte contre le VIH/Sida (PNMLS), en collaboration avec les représentants de l’OMS et l’ONUSIDA en RDC. Ils ont pour cadre de lancement, les assises de l’atelier des journalistes de Kinshasa sur la prévention du VIH et les violences sexuelles.

Dans son mot, la secrétaire exécutif national du PNMLS a salué cette inscription de la RDC sur la liste des pays qui ont lancé ces guides qui reposent sur une approche axée sur les résultats.

Dr Casimir Manzengo qui a représenté le représentant de l’OMS en RDC a procédé à la présentation de nouvelles directives de l’OMS en relevant leurs pertinences, leurs avantages et leurs défis. Selon lui, ce guide de l’OMS est une révision du protocole de traitement qui s’inscrit dans la politique 2011 qui avait 10 cibles, à savoir réduire de moitié la transmission sexuelle du VIH ; réduire de moitié les infections parmi les consommateurs des drogues injectables ; éliminer des infections parmi les enfants ; réduire de moitié la mortalité maternelle liée au VIH ; réduire de moitié les décès liés à la tuberculose parmi les PVVIH ; et combler l’écart des ressources financières. Il y a aussi l’élimination des inégalités sexuelles, de la stigmatisation et la discrimination ; des restrictions de voyage ; et des systèmes parallèles.

Dr Casimir Manzengo a indiqué que le guide de l’OMS concerne toutes ces cibles.

Justifiant la révision du protocole de traitement, il a noté comme but l’élimination de nouvelles infections pédiatriques et la mise sous traitement ARV 15 millions de PVVIH, préconisant le rôle préventif du traitement ARV ; l’option B+ pour la prévention de la transmission de la mère à l’enfant, la réduction des coûts des ARV et le lancement de l’initiative 2015.

L’efficacité

Selon Dr Casimir Manzengo, la mise en œuvre de ce guide va permettre de réduire de 36% les infections et de 39% les décès liés au VIH au regard de ses avantages opérationnels et programmatiques. Il apporte des changements dans la démarche du traitement en autorisant l’initiation précoce du traitement ARV, en simplifiant le régime de première et de 2ème lignes avec peu d’effets secondaires. La thérapie est très efficace contre la plupart des co-infections et ne se fait qu’avec un seul comprimé d’ARV une fois par jour comme première ligne recommandée au lieu de plusieurs comprimés comme on le faisait avant. Ce qui, a-t-il souligné, augmente la capacité d’adhérence au traitement.

Parlant de l’initiative 2015 de l’ONUSIDA, M. Christian Mouala a relevé que celle-ci repose également sur les dix cibles de la politique de 2011 et vise l’augmentation du nombre de personnes sous ARV. Le souci étant d’atteindre 15 millions de personnes mises sous traitement ARV en 2015. Déjà en 2013, ces personnes sont au nombre de dix millions et l’ONUSIDA pense qu’avec l’accélération du traitement, il est possible d’ajouter 5 millions autres en deux ans pour en atteindre 15 millions.

Christian Mouala a également insisté sur les trois piliers de la stratégie, à savoir la demande l’investissement et la mise en œuvre dans le but d’éliminer les causes de la progression du nombre de PVVIH. « Avec ces trois piliers, on peut concrétiser l’initiative 2015 », a-t-il indiqué en précisant que l’intensification rapide du traitement va permettre au pays de réduire davantage l’incidence au cours de deux dernières années. Mais cela nécessite, a-t-il ajouté, l’engagement de tous les acteurs, la mobilisation des ressources, le suivi-évaluation ainsi que l’établissement du lien entre la santé et les pratiques communautaires.

Written by RAYMONDE SENGA KOSSY

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !