Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

La fièvre d’Ebola menace les mangeurs des chauves-souris - 29/12/2006 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La fièvre d’Ebola est caractérisée par des tâches rouges à la peau. Des déchirures se forment aussi. Des saignements apparaissent sur la peau et les organes. Le malade convulse puis meurt. C’est ce qu’expliquent des chercheurs dans la revue National Graphic du mois de décembre 2006.

Selon ces chercheurs, chaque flambée virale apparaît simultanément chez l’homme et plusieurs autres espèces animales. Ils citent notamment les chimpanzés, les gorilles et les antilopes. La viande de singe est appréciée par les populations locales. Ces mammifères, font-ils savoir, sont à l’origine de la contamination humaine qui est faite lors de la manipulation de la viande crue. Le virus ne résistant pas à la cuisson.

« Car, pour survivre, Ebola doit, comme tous les virus, coloniser un animal hôte », affirment-ils, ajoutant qu’un porteur sain ne développant pas la maladie peut la transmettre. Français, Américains et Sud-africains, ces chercheurs ont longtemps suspecté rongeurs, oiseaux et chauves-souris d’être les espèces réservoirs de la maladie. Malgré de nombreuses campagnes de capture, poursuivent-ils, le lien grand singes-population réservoir n’avait jamais été prouvé.

Hypsignathus monstrosus, Epomops franqueti et Myonyderis torqua, trois chauves- souris de la forêt équatoriale porteuses saines du virus. Pour savoir comment ces dernières, vivant au sommet des grands arbres, peuvent-elles contaminer singes et antilopes, les chercheurs constatent que le pic de mortalité des grands singes a lieu à la fin de la saison sèche, quand la nourriture devient rare. Les primates et les chauves-souris frugivores se nourrissent alors des mêmes fruits. C’est aussi une période où les chauves-souris mettent bas. Il n’est donc pas improbable que les singes soient en contact avec le sang et les liquides placentaires des chiroptères. Cette proximité est propice à l’infection des grands singes, qui développent alors la maladie, et en meurent. 1’espèce, déjà menacée, est décimée par le virus.

Le seul moyen d’enrayer l’épidémie est la mise en quarantaine de la zone infectée. Deux espèces du virus sont mortelles pour l’homme : Ebola République démocratique du Congo et Ebola Soudan. Au Gabon et au Congo, c’est la souche Zaïre, la plus virulente. Le virus est aussi dangereux que fragile. Extrêmement pathogène, il provoque une mort rapide. Deux vaccins sont efficaces sur les macaques. Avant de les tester sur l’homme, il convient de prouver leur absence de nocivité.

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !