Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

L’introduction de nouveaux vaccins contre le cancer de l’utérus - 14/03/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L'introduction de nouveaux vaccins contre le papillomavirus humain (PVH), virus provoquant le cancer du col de l’utérus, pourrait avoir des répercussions importantes sur la santé des femmes dans le monde en développement. C’est ce qu’indique un document de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) qui signale que le cancer du col de l'utérus a coûté la vie à plus de 250 000 femmes en 2005, en grande majorité dans des pays en développement. Selon l’Oms, le cancer du col de l'utérus figure au deuxième rang des cancers les plus fréquents chez les femmes, et devrait causer près de 25 pour cent de décès supplémentaires au cours des 10 prochaines années.

Elle note plus de 500 000 nouveaux cas de cancer du col enregistrés en 2005, dont 90% dans des pays en développement. « S'il n'est pas traité, le cancer envahissant du col de l'utérus est presque toujours mortel », souligne la source, ajoutant que des programmes bien organisés de dépistage et de traitement se sont révélés très efficaces pour prévenir la forme la plus commune de cancer du col de l'utérus. Toutefois, ils sont coûteux et difficiles à mettre en œuvre dans des situations où les ressources sont limitées. En 2006, un vaccin protégeant contre l'infection et la maladie associée au PVH a reçu l'autorisation de mise sur le marché et un autre vaccin pourrait être autorisé prochainement.

Un vaccin en cours d 'examen

Le vaccin récemment autorisé prévient efficacement les infections à PVH de types 16 et 18, responsables d'environ 70% de tous les cancers du col de l'utérus, ainsi que les infections par les types 6 et 11, qui provoquent près de 90% des condylomes acuminés. Ce vaccin ainsi qu'un autre, rapporte le document de l’OMS, sont en cours d'examen réglementaire dans divers pays du monde et pourraient fournir une occasion nouvelle d'éliminer le cancer du col de l'utérus.

Dr Howard Zucker, sous-directeur général de l'Oms pour Technologie de la santé et les produits pharmaceutiques, estime que de nouveaux vaccins contre le Pvh dans le monde en développement pourraient sauver des centaines de milliers de vies humaines s'ils sont administrés de manière efficace. Le déploiement de vaccins efficaces contre le PVH, selon lui, est important pour plusieurs raisons : ils contribuent à la lutte contre un cancer mortel et constituent une technologie très puissante à ajouter aux programmes existants de lutte contre le cancer basés sur la prévention, le dépistage et le traitement.

Ces vaccins, qui pourraient cibler dans un premier temps les jeunes filles et pourront plus tard s'adresser également aux garçons, avant ou autour du premier rapport sexuel, offrent une occasion unique de s'intéresser à une catégorie de population traditionnellement difficile à atteindre, celle des jeunes adolescents. Une stratégie multiforme devrait donc saisir cette occasion de promouvoir la santé sexuelle et génésique, en renforçant les programmes de santé destinés aux adolescents. Outre qu'il s'agit d'un nouveau moyen de prévention d'une forme de cancer très commune, l'introduction des vaccins efficaces contre le PVH a d'autres conséquences bénéfiques potentielles pour les systèmes de santé en général. Le déploiement de tels vaccins pourrait contribuer à créer des synergies entre vaccination, lutte contre le cancer et santé sexuelle et génésique. Il pourrait aussi apporter une expérience précieuse en vue de l'introduction d'un futur vaccin contre le VIH.

Par Espérance Tshibuabua

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !