Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Suivez-nous :


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2019
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juin 2019
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2019
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Selon une étude, le traitement avec l'Hydroxyurée garantit la vie des drépanocytaires africains - 27/01/2019 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La drépanocytose constitue un problème de santé publique en Afrique. Mais, une récente étude démontre que le traitement avec l'hydroxyurée présente « des augmentations cliniquement significatives de la concentration en hémoglobine, le volume corpusculaire moyen et l'hémoglobine fœtale, ainsi qu'une diminution significative du nombre de globules blancs, des neutrophiles et des réticulocytes ».

Le Centre de formation et d'appui sanitaire de Monkole (CEFA/Monkole), a organisé, le samedi 26 janvier 2019, une matinée scientifique sur la restitution du 60ème congrès de la Société américaine de l'hématologie qui s'est tenu, du 1er au 04 décembre 2018 à San Diego, aux Etats-Unis d'Amérique.

La conférence a été animée par le professeur Léon Tshilolo, pédiatre hématologue et expert de la drépanocytose au CEFA/Monkole, devant les professionnels de plusieurs institutions hospitalières et universitaires de Kinshasa, les membres des associations de la drépanocytose et quelques patients.

Avec un impressionnant art oratoire, Léon Tshilolo a fait la restitution du congrès de San Diego, spécifiquement sur les effets de l'hydroxyurée dans le traitement de la drépanocytose chez les enfants en Afrique. Il a indiqué que « l'essai REACH (Realizing effectiveness across continents whith hydroxyurea (REACH) », c'est à dire, Etablir l'efficacité de l'hydroxyurée à l'échelle mondiale) est l'une des plus grandes études multicentriques réalisées sur le traitement de la drépanocytose en Afrique sur l'utilisation de l'hydroxyurée (ou HYDREA : terme commercial) ».

Parlant du congrès, l'orateur renseigne qu'une étude a été réalisée dans quatre pays africains (RDC, Ouganda, Kenya et Angola) sur 600 enfants drépanocytaires (150 dans chaque pays) de moins de 10 ans pendant 4 ans. Tous ces enfants, poursuit Léon Tshilolo, ont été soumis à l'Hydroxyurée en vue d'évaluer la faisabilité d'une étude prospective portant sur ce produit dans le traitement de la drépanocytose en Afrique Subsaharienne. Les patients ont connu un traitement ouvert pendant six mois, jusqu'à ce que la dose maximale tolérée soit atteinte.

Un produit à la fois anti-paludisme ?

Les enquêteurs ont analysé les mesures de recrutement, de rétention, d'adhésion et de sécurité telles que la toxicité, les infections et les effets indésirables. Mais de ces 606 enfants, note-t-on, « seuls 5 pourcent ont abandonné l'étude pour cause de retrait ou de décès », souligne Léon Tshilolo pour qui « l'adhésion aux études était extraordinaire, avec 97% des visites programmées et 94% des études de laboratoire recueillies », se réjouit-il.

A l'en croire, l'HYDREA a été bien toléré par les patients durant le traitement. Ce produit a présenté « des augmentations cliniquement significatives de la concentration en hémoglobine, le volume corpusculaire moyen et l'hémoglobine fœtale, ainsi qu'une diminution significative du nombre de globules blancs, des neutrophiles et des réticulocytes », a-t-il constaté.

L'orateur relève que les avantages cliniques comprenaient une réduction de la douleur vaso-occlusive et du syndrome thoracique aigu, ainsi qu'une diminution d'environ 50% des transfusions au cours de la phase de traitement. Un autre fait à noter, et de manière tout à fait inattendue, le groupe de traitement avait un taux beaucoup plus bas d'infections par le paludisme.

L'HYDREA, l'espoir de vivre pour les drépanocytaires africains

Par ailleurs, le Pr. Tshilolo a, au cours des assises de San Diego, eu l'occasion de dévoiler sa vision de la drépanocytose en Afrique.

« Mon espoir pour l'avenir est celui où nous commençons à oublier le passé douloureux de la drépanocytose chez des patients africains. J'espère que les patients atteints de la drépanocytose auront enfin une meilleure qualité de vie en Afrique. J'ai également l'espoir que l'HYDREA sera disponible à un faible coût pour les patients africains et qu'un diagnostic précoce de la drépanocytose sera possible dans de nombreux pays d'Afrique subsaharienne. J'espère que le doppler transcrânien sera accessible, et que la greffe de moelle osseuse ainsi que la thérapie génique seront accessibles à de nombreux patients africains. Pour l'instant, cela semble être un rêve ambitieux, mais il pourrait devenir une réalité pour les générations futures », a-t-il déclaré. « Ce n'est que la première étape mais, le rêve semble être au sein de REACH », a-t-il ajouté.

Le projet REACH est réalisé avec le concours de Cincinnati Children' hospital des Etats-Unis d'Amérique, un des plus anciens éminents centre médicaux universitaires pédiatriques des USA.

Par Stanislas Ntambwe

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !