Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Malaise à l’hôpital général de N’Djili - 09/05/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Situé à côté du nouvel hôpital construit grâce à la coopération chinoise dans la commune de N’Djili, l’hôpital général de référence de N’Djili (HGRN) brille par la vétusté de ses installations. L’intersyndicale de cette formation médicale accuse les autorités qui ont négligé longtemps ces bâtiments. Malgré cela, cet hôpital, qui fonctionne comme entité de l’institut supérieur des techniques médicales (ISTM), tient jusqu’à ce jour grâce à la volonté de la direction et de ses agents. Ces derniers ayant réalisé l’importance de protéger et promouvoir l’emploi.

L’hôpital général de référence de N’Djili, c’est aussi le manque de fosses septiques, la fosse à placenta et l’incinérateur exposant la population voisine aux effets nocifs des déchets liquides et solides produits par cet hôpital. Les conditions de travail et d’hébergement sont devenues précaires. Les toilettes se vident sur la place publique. Seringues, trousses et poches de transfusion exposées à l’air libre.

Toutes ces doléances, présentées par le comité de gestion de l’ISTM, ont été soumises aux ministères de l’Enseignement supérieur et universitaire et de la Santé dont les autorités ont effectué le lundi 7 mai 2007 une descente sur le lieu afin de s’imprégner de la situation. La délégation ministérielle était composée du vice-ministre à la Santé, Ferdinand Ntwa et de la vice-ministre à l’Esu, Marie-Madeleine Mienze. Du côté de l’autorité provinciale, on a noté la présence du vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, Clément Bafiba, et du représentant des Travaux publics et Infrastructures (TPI).

Après l’entretien avec le comité de gestion de cet hôpital, Marie-Madeleine Mienze a émis le souhait de voir les TPI établir un état de besoins pour pouvoir évaluer le coût sur base du travail d’équipe avec le génie de l’hôpital. Pour le vice-ministre à la Santé, qui a précisé que la décision émane de hautes instances, cette visite vient baliser le chemin pour accélérer cette décision. Le ministère d’Etat à l’Enseignement supérieur est préoccupé par cette situation, d’autant plus que cet hôpital constitue un champ d’application de l’ISTM.

Profond malaise

Il sied de signaler la crainte du personnel médical de l’HGRN. Ce dernier espérait à une affectation directe à la nouvelle formation médicale qui vient d’être érigée. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Car, sur une liste affichée aux nouveaux bâtiments, les noms du personnel de l’HGRN n’y figurent pas. Ils pensent alors au chômage dès l’ouverture du « géant chinois ». Car, disent-ils, devant un beau bâtiment comme celui qui vient d’être construit, le choix des malades est clair. « Nous refusons le chômage par juxtaposition », nous ont-ils lancé à l’arrivée. Ils souhaitent donc la fusion de deux hôpitaux. Selon eux, deux hôpitaux de référence ne peuvent jamais fonctionner côte-à-côte.

Autre chose qu’ils déplorent, c’est le fait que les deux hôpitaux portent le même nom, à savoir « hôpital général de référence de N’Djili ». Il y a donc risque des correspondances.
Du côté du « géant chinois », la fusion est impossible étant donné qu’il s’agit de deux statuts différents. C’est ce qu’a indiqué le docteur Bonganga qui ajoute que les deux hôpitaux ne poursuivent pas les mêmes objectifs. « Eux, ils sont la prolongation de l’université. Ils font la recherche, l’enseignement et les soins. Si on doit réhabiliter cet hôpital qu’on le fasse », a-t-il souligné.

Par Espérance Tshibuabua

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !