Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Bas-Congo : La lutte contre l’onchocercose - 01/06/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La coordination provinciale de lutte contre l’onchocercose/Projet TIDC, dans la province du Bas-Congo, s’est investie dans la campagne de sensibilisation de la population. Notamment du site d’Inga dans le territoire de Seke-Banza, grand foyer des maringouins, vecteurs de l’onchocercose. Le slogan de cette campagne : «Tous ensemble, luttons pour éliminer l’onchocercose comme problème de santé publique et un frein au développement socio-économique de nos communautés respectives».

Cette campagne a donc pour objectif d’éliminer les maringouins en tuant ses larves disséminées sur les eaux du fleuve, des rivières, des ruisseaux et autres eaux stagnantes. Cela en se servant de larvicides. Seulement, ce moyen de lutte est coûteux, surtout en ce qui concerne le site d’Inga. Aussi l’Ivermectrine ou le Mectizan est-il recommandé à toutes les personnes exposées et souvent piquées par les maringouins et vivant dans un milieu où sévit l’onchocercose. Des médicaments distribués gratuitement et à prendre durant plusieurs années, renseigne-t-on à la coordination provinciale de lutte contre l’onchocercose.

A noter que cette maladie se manifeste par le fait de se gratter intensément et sans cesse, à cause de la présence de micro-filaires dans la peau. Celle-ci devient rigueuse, perd sa pigmentation.
La vision du malade devient trouble, les micro-filaires s’étant fixés dans les yeux. Ce qui entraîne souvent la cécité. C’est ainsi que l’onchocercose est également appelée cécité des rivières.

Il convient de signaler que les villages Tsanga-Nkuangila, secteur de Fubu dans le territoire de Lukula, dans le district du Bas-Fleuve, et Kambu, secteur de Boko, territoire de Mbanza-Ngungu, dans le district des Cataractes, pour ne citer que ces exemples, constituent aussi des foyers importants de maringouins.

Par Tshiala David

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !