Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Les femmes ménopausées face aux maladies cardiovasculaires - 04/07/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le coeur des femmes est plus fragile après la ménopause. Mais, des études prouvent que les plus jeunes sont aussi concernées et qu’on sous-estime toujours les risques cardiovasculaires chez les femmes, à tel point que les médecins abordent moins souvent cette question cruciale avec elles qu’avec les hommes. Actuellement, les chercheurs et les médecins prennent peu à peu conscience de la gravité des maladies cardiovasculaires chez la gent féminine, et pas seulement chez les femmes ménopausées. Selon un spécialiste praticien, l’opinion populaire pensait que, du fait de leur protection hormonale, les femmes étaient naturellement protégées jusqu’à la cinquantaine. Mais les oestrogènes ne sont pas tout. D’autres facteurs de risque nous entourent tels que le tabac, le stress ou l’obésité, ont été décelés.

Les résultats d’une étude nommée « Interheart » effectuée sur 15 000 femmes prouvent que le risque d’infarctus du myocarde augmente proportionnellement avec le nombre de facteurs de risque cumulés pour une femme neuf au total. Cholestérol élevé, hypertension artérielle, tabagisme, diabète, obésité abdominale, stress, consommation d’alcool, apport insuffisant de fruits et légumes au quotidien et manque d’exercice sont autant de menaces pour les femmes, quel que soit leur âge.

Gare à la ménopause !

Dans trois domaines en particulier, les femmes ménopausées sont plus fragiles que leurs cadettes. L’hypercholestérolémie pour commencer (taux supérieur à 2,5 g/l). En effet, progressivement après la ménopause, on observe une diminution du bon cholestérol, protecteur des artères (le HDL-cholestérol) contre une augmentation du mauvais cholestérol (le LDL-cholestérol).

Arrive ensuite l’hypertension, un problème favorisant également les maladies cardiovasculaires. « C’est un problème d’autant plus grave que la majorité des femmes ignorent leur tension. Et l’hypertension augmente avec l’âge », affirme le spécialiste. Si on ajoute à ces deux facteurs le surpoids, plus tenace après la ménopause, tout est réuni pour former des plaques d’athérome, responsables de l’obstruction d’une artère coronaire, principale cause d’infarctus du myocarde.

Desservies par la médecine

Les femmes plus jeunes ne sont pas épargnées pour autant. Les résultats d’une étude datant d’août 2004 montrent qu’une femme jeune, hospitalisée pour un infarctus a deux fois plus de risques d’y rester qu’un homme jeune. Cette différence n’est plus visible après 60 ans. Face à ce constat, on pourrait penser que les femmes sont plus fragiles que les hommes. « Jusqu’à maintenant, partant de l’idée reçue que les hommes étaient plus sujets aux maladies du coeur, toutes les recherches ont été faites pour eux. Le risque chez l’homme est donc mieux connu et les médicaments mieux adaptés à leur physiologie… hélas différente de celle des femmes », a-t-il souligné.

Dans ce domaine, les laboratoires s’activent pour ajuster ces molécules au féminin et mettre en vente des traitements spécifiques aux femmes.

Les femmes rattrappent les hommes

En 20 ans, les tendances ont été inversées. Alors que la courbe de mortalité due aux maladies cardiovasculaires des hommes diminue depuis 1983, celle des femmes ne cesse d’augmenter. Tout reste à faire pour le cœur des femmes. Mais, tout est possible, d’autant que 80 % des risques de mortalité sont modifiables.
Pour commencer, il est important d’informer les femmes sur le fait que leur risque cardiovasculaire est primordial. Une fois cette prise de conscience établie, il convient d’identifier les femmes à risque et de leur proposer une prise en charge adaptée notamment en luttant contre le surpoids, le tabagisme et la sédentarité.
Enfin les traitements médicaux doivent être mieux respectés et le taux de cholestérol et de la pression artérielle plus souvent mesurés. Source : Doctissimo

Par NADINE KAVIRA

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !