Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Cinq questions au Docteur Firmin Mampuya - 09/07/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En quoi consiste le Programme élargi de vaccination ? Le PEV est un programme du ministère de la Santé. Il tient essentiellement à réduire l’impact de maladies justiciables de la vaccination chez les enfants, avec en fait la vaccination de tous les enfants cibles. Ce programme, à travers son calendrier vaccinal officiel, dispose actuellement de huit antigènes qui sont le BCG, le VPO (vaccin polio oral), le VAR (vaccin anti-rougeoleux), le vaccin anti-tétanique, le vaccin anti-amarile (vaccin contre la fièvre jaune), le DTC qui est combiné avec le vaccin contre l’hépatite virale B.

Avec cet ensemble de vaccins, le PEV voudrait atteindre des couvertures très élevées pour développer l’immunité chez les enfants vis-à-vis des maladies ciblées. Ce qui va nous amener à réduire très sensiblement l’impact, le nombre de cas de maladies ainsi que la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans. En un mot, le PEV vise à atteindre une couverture vaccinale très élevée avec les antigènes que nous venons de citer et arriver à protéger le plus possible les enfants cibles vis-à-vis de ces maladies.

Pourriez-vous nous faire un état des lieux succinct du PEV dans le Bas-Congo ?

Le PEV, dans le Bas-Congo, évolue avec une Coordination provinciale qui est située à Matadi. Actuellement, elle compte trois antennes : Mbanza-Ngungu qui prend la partie Est de la province, l’antenne de Matadi qui est au centre et celle de Boma pour la partie Ouest.

Du point de vue de la couverture de la population du Bas-Congo, nous pouvons dire que c’est l’antenne de Mbanza-Ngungu qui couvre la plus grande partie de la province. Elle est suivie de l’antenne de Boma tandis que celle de Matadi n’en couvre qu’une moindre partie, avec seulement huit zones de santé. D’ailleurs, l’antenne de Matadi est la dernière-née parce que, avant, elle faisait partie de l’antenne de Mbanza-Ngungu.

C’est pour des raisons tout à fait techniques et pour la recherche de l’efficacité dans l’appui que donne le PEV aux zones de santé qu’il s’est avéré nécessaire de créer une nouvelle antenne, à la suite du découpage de celle de Mbanza-Ngungu. Aujourd’hui, nous en comptons donc trois.

Du point de vue de l’appui que le Programme accorde aux zones de santé, l’on peut dire qu’il s’agit essentiellement d’un appui technique et de l’encadrement nécessaire à la réalisation ou à l’exécution des activités du PEV. Cet appui est logistique parce que le vaccin se conserve dans la chaîne de froid. Il nous faut beaucoup d’opérations pour arriver à réaliser l’acte vaccinal comme tel.

Ces activités s’entourent de moyens logistiques conséquents et très importants que, parfois, beaucoup de gens ignorent. Souvent, ils pensent à tort que la vaccination est un acte simple et qu’il n’appelle pas beaucoup de ressources pour la mettre en place. Loin de là. En tous les cas, la vaccination demande effectivement beaucoup de technicité, surtout beaucoup de moyens logistiques pour qu’elle soit réellement efficace et amène aux objectifs ci-haut cités.

Du 27 au 29 juin 2007, le PEV a organisé une campagne de vaccination dans le Bas-Congo, à travers sa Coordination provinciale. Quelles en sont les premières informations ?

Effectivement, le Bas-Congo a participé du 27 au 29 juin à la campagne polio synchronisée et transfrontalière RDC-Angola-Namibie ; à travers ses zones de santé frontalières avec l’Angola.
Cette campagne s’est déroulée dans des conditions que nous pourrions qualifier d’acceptables. Les premières impressions qui nous sont parvenues laissent croire que cette campagne va quand même donner de très bons résultats dans la mesure où nous avons moins de réclamations, moins d’appels et moins de résistance par rapport aux campagnes antérieures qui ont eu lieu dans la province. Mais, il est encore trop tôt, à ce stade, d’en dire beaucoup de choses surtout que les données chiffrées nous parviennent de manière partielle. Nous pensons que quand nous aurons rassemblé toutes les données, les chiffres en rapport avec les enfants vaccinés pourront certainement nous démontrer qu’effectivement, cette fois-ci, nous sommes allés au-delà des couvertures que nous avons l’habitude de réaliser dans le Bas-Congo.

Même s’il y a de petits problèmes par-ci par-là, nous sommes convaincus que nous pourrions réaliser des couvertures intéressantes.

De toute façon, nous ne voyons pas tellement le problème en termes de couverture parce que nous avons toujours réalisé des couvertures élevées. Ce qui nous préoccupe le plus c’est de savoir qu’il y a des enfants qui ont raté ou qui n’ont pas été atteints.
Donc, malgré les couvertures réalisées, nous cherchons toujours à vacciner le plus d’enfants possible, pourquoi pas tous les enfants cibles qui se trouvent dans la province.

Dans tous les cas, nous sommes confiants d’une chose : cette fois-ci, nous avons vacciné beaucoup plus d’enfants que par le passé.

Quelles actions projetez-vous pour la suite de l’année ?

Nous allons continuer la vaccination systématique, c’est-à-dire la vaccination de chaque jour de sorte que nous puissions réellement couvrir notre cible habituelle. Car, ce que nous faisons aujourd’hui, avec la vaccination polio synchronisée et transfrontalière, rentre dans le cadre de nos activités supplémentaires. Mais les activités de base concernent la vaccination systématique ; ce qu’on appelait hier la vaccination de routine.

Nos activités vont donc s’intensifier dans ce sens-là pour que nous puissions atteindre toute la population cible, les enfants de 0 à 11 mois que nous vaccinons systématiquement, et améliorer nos couvertures qui sont déjà très élevées et qui comptent parmi les couvertures les plus élevées du pays.

Nous comptons cette année faire encore davantage de manière à réduire très sensiblement l’impact des maladies justiciables de la vaccination dans la province du Bas-Congo.

Avez-vous un souhait à émettre ?

Le seul message qu’il est opportun de rappeler chaque fois aux parents est celui d’amener leurs enfants à la vaccination. La politique en cette matière dans notre pays stipule que tout enfant, se trouvant sur le territoire de la RDC, doit recevoir tous les vaccins prévus dans le calendrier vaccinal avant son premier anniversaire.

Les parents doivent comprendre une fois de plus que la vaccination donne tout ce qu’il y a de mieux pour que l’enfant puisse passer les premiers moments de la vie en toute sécurité. En vaccinant les enfants, ils leur accordent la chance non seulement de ne pas connaître les affres de la maladie mais aussi de grandir en bonne santé, d’entamer leur scolarité dans de bonnes conditions. Parce que souvent, les enfants dont les parents ont négligé la vaccination et qui arrivent à faire la maladie, en tout cas, s’ils n’en meurent pas, il y a souvent de séquelles qui entraînent des handicaps sérieux pour le reste de leur vie.
Nous souhaitons que tous les parents arrivent à comprendre le bien-fondé de la vaccination et amènent leurs enfants lors des séances de vaccination afin qu’ils puissent être protégés avant d’atteindre l’âge de leur première année de vie. C’est une façon pour eux de répondre à leurs devoirs de parent.

Coordonnateur de PEV/ Bas-Congo

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !