Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

Hygiène intime : La douche vaginale déconseillée - 19/09/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La douche vaginale est une pratique de moins en moins répandue. Pourtant, elle persiste chez certaines femmes et occasionne de réelles difficultés gynécologiques et sexuelles. Selon les spécialistes interrogés dans le magazine E-santé, il s’agit d’une toilette réalisée à l’intérieur du vagin avec de l’eau pure ou associée à un produit « nettoyant ». Ils restent formels à ce sujet : « L’hygiène intime féminine correcte correspond à une toilette exclusivement externe de la vulve réalisée sous la douche à l’eau pure ou associée à un produit formulé spécifiquement. »

« On imagine, vu la situation de l’entrée du vagin, la difficulté technique à réaliser cette douche interne qui oblige à utiliser une « poire «, une canule ou autres dispositifs », précisent les spécialistes en s’interrogeant sur les raisons qui amènent certaines femmes à ressentir le besoin de « nettoyer « l’intérieur de leur vagin.
A cette question, ils pensent que quand on veut laver un endroit, c’est généralement qu’on ne le trouve pas suffisamment propre. Ainsi, certaine femmes portent le poids de leur éducation et considèrent leur sexe d’une manière très négative. Elles peuvent alors ne pas supporter la simple humidité vaginale ou les pertes blanches, les considérant comme la preuve évidente que cette zone fragile n’est pas propre. D’autre part, si la sexualité est aussi ressentie comme sale, la présence de sperme intravaginal après un rapport sexuel peut leur sembler insupportable et nécessiter d’urgence une toilette interne.

D’autres femmes encore utilisent la douche vaginale post-coïtale en pensant expulser le sperme, dans le but d’éviter une grossesse non désirée. Elles y associent alors des produits acides ou d’autres substances (sodas…) que l’imagination a paré de vertus contraceptives.

Quel effet à la douche vaginale?

A la question de savoir les effets d’une douche vaginale, les spécialistes répondent que celle-ci n’a d’abord aucun effet contraceptif. En effet, expliquent-ils, dès l’éjaculation, les spermatozoïdes se trouvent projetés contre le col de l’utérus et peuvent gagner immédiatement l’intérieur de l’utérus en nombre suffisant pour entraîner une grossesse.

Et puis, la flore vaginale, ensemble de bactéries à l’effet très bénéfique, n’est absolument pas la même que celle de la peau. Le fait d’injecter de l’eau de l’extérieur vers l’intérieur fait remonter dans le vagin des microbes présents à la surface de la peau dans le vagin, entraînant un risque important d’infection. C’est d’autant plus évident que l’anus est proche et qu’il héberge des bactéries qui sont souvent à l’origine d’infections vaginales.

Ils relèvent, comme autre effet négatif de la douche vaginale, le fait qu’elle déséquilibre l’acidité vaginale. « L’intérieur du vagin est acide pour se défendre des bactéries ou levures présentes sur la peau qui ne supportent pas de vivre dans un milieu acide. Si elles entrent dans le vagin, elles sont normalement immédiatement détruites par cette acidité. L’eau de la douche vaginale, nullement acide, fait diminuer l’acidité », affirment-ils. Les spécialistes soulignent que cet effet est encore plus agressif si l’on utilise des produits comme les savons qui sont alcalins et contribuent alors à faire changer le PH de manière dramatique.

Les risques

Quant aux risques que courent les femmes qui pratiquent la douche vaginale, le spécialistes indiquent celui d’avoir en permanence des irritations vaginales et vulvaires, des infections à type de vaginoses (infections bactériennes) ou des mycoses. C’est aussi un élément qui peut gâcher la vie sexuelle, car une zone génitale irritée et infectée est propice à la douleur, bien plus qu’au plaisir. En définitive, concluent-ils, la douche vaginale est une pratique agressive, néfaste voire même dangereuse pour votre santé sexuelle. Le vagin n’en a nullement besoin, étant par nature autonettoyant et capable de se défendre naturellement contre les infections.

Il est donc bon de laisser cette pratique aux oubliettes. Ils insistent sur le fait que l’hygiène intime féminine correcte correspond à une toilette exclusivement externe de la vulve réalisée sous la douche à l’eau pure ou associée à un produit formulé spécifiquement.

Par R.S.K

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !