Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

L’allaitement maternel sauve la vie de plusieurs enfants - 15/11/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Allaiter le bébé les premières minutes le protégerait contre plusieurs maladies. Le ministère de la Santé, à travers son programme national de nutrition (Pronanut), et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) veut attirer l’attention de la population sur les bienfaits de cet aliment de base. C’est au cours de la cérémonie du lancement de la semaine d’allaitement maternel, hier mercredi 14 novembre 2007 dans la salle de conférences du lycée de Kingasani, que le ministère de la Santé et l’Unicef ont interpellé une fois de plus les parents sur l’importance de l’allaitement maternel. Le choix porté sur la commune de Kimbanseke, en ce qui concerne la célébration de cette journée d’allaitement, a souligné le bourgmestre de cette commune, témoigne de l’intérêt du gouvernement à informer la population de sa juridiction.

C’est devenu une habitude. Au moins une fois par an, une sensibilisation est faite sur l’allaitement maternel. Cette année, la période choisie s’étend du 12 au 17 novembre 2007.
Représentant adjoint de l’Unicef, Steven Lauwerier estime que l’allaitement maternel est l’aliment le plus complet pour le nourrisson. Evoquant l’allaitement exclusif donné à l’enfant de 0 à six mois, il déplore le fait que trop peu de femmes le pratiquent correctement. Pourtant, elles éviteraient des dizaines de milliers de décès d’enfants enregistrés en RDC.

Un allaitement respecté présente plusieurs avantages : les enfants sont en meilleure santé et se développent mieux. Lauwerier ajoute qu’ils ont plus de chances de bonnes performances scolaires plus tard. Pour cela, poursuit-il, l’allaitement optimal doit commencer dans l’heure qui suit l’accouchement. Pour la RDC, cet exercice sauverait près de 100 000 nouveaux-nés. Cette action simple, fait-il savoir, permettra également de diminuer de plus de 40% le taux de mortalité néo-natale pour la RDC. « Le colostrum, ce premier lait, convient parfaitement au nouveau-né », a-t-il insisté, avant d’exhorter les mères à faire bénéficier leurs bébés d’un développement harmonieux. Il a cité, par ailleurs, d’autres pratiques qui permettent d’éviter le décès des enfants, à savoir l’utilisation de la moustiquaire, se laver les mains, la vaccination, la supplémentation en vitamine A. Aussi, a-t-il plaidé en faveur des femmes pour le respect de leurs droits.

Dans le même ordre d’idées, le ministre de la Santé, Victor Makuenge qui a procédé au lancement de la semaine d’allaitement maternel, a noté aussi que l’initiative dans les premières heures qui suivent l’accouchement est très importante. Il a à cet effet invité les partenaires à se mobiliser pour de nouvelles stratégies en vue de la réussite de l’allaitement maternel. La société congolaise, selon lui, se veut à faible morbidité et faible mortalité. Il est convaincu que la RDC a tous les atouts pour réduire cette mortalité.

Allaiter son bébé figure dans l’un des objectifs du millénaire pour le développement lorsque la question de la réduction de mortalité infantile est évoquée. Ce taux reste parmi les plus élevés. Depuis 1990, on n’a pas pu enregistrer beaucoup de progrès. Le représentant adjoint de l’Unicef est optimiste. « Si toutes les mères congolaises, qui viennent de donner naissance appliquent ce simple geste, allaiter dans l’heure qui suit l’accouchement, la RDC aurait déjà fait un pas important vers l’atteinte de cet objectif du millénaire ». Avis partagé par le ministre de la Santé qui, au-delà de cette initiative, a ajouté l’allaitement exclusif dans les six mois et l’allaitement complémentaire jusqu’à l’âge de 2 ans.

Par Espérance Tshibuabua

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !