Santé tropicale en R. D. Congo - Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale en R. D. Congo > Revue de presse

Revue de presse

5% alloués à la santé : La vie des Congolais hypothéquée - 30/11/2007 - Le potentiel - Congo-KinshasaEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le projet de budget de l’Etat pour l’exercice 2008 alloue 5% au secteur sanitaire. Un pourcentage est loin de faire face aux multiples problèmes qui se posent dans ce domaine important de la vie nationale. La majoration d’une telle enveloppe est plus qu’indispensable. Faute de quoi, l’avenir de la population risquerait d’être hypothéqué. Le projet de budget de l’Etat pour l’exercice 2008 a suscité un débat houleux à l’Assemblée nationale. Son enveloppe globale est estimée à 1.669.472.214.515 francs congolais, soit 3.338.944.429 dollars américains. Au cours du débat général sur cet outil de pilotage de la politique économique et financière du gouvernement, certains députés l’ont taxé de réaliste. Ce qui n’est pas l’avis des autres qui estiment que le projet budgétaire est de loin insignifiant par rapport aux défis à relever.

Au-delà de l’appréciation faite par les députés, une remarque et non des moindres s’impose quant à la répartition des secteurs clés de la vie nationale. Selon le tableau dressé par le Premier ministre à ce sujet, près de 70% de l’enveloppe globale sont alloués aux secteurs prioritaires suivants : Infrastructures (41%), Energie (14%), Enseignement primaire, secondaire et professionnel (5%), Santé (5%), Agriculture et développement (3,5%). On s’aperçoit d’emblée qu’un tel déséquilibre n’est pas de nature à promouvoir le bien-être des populations congolaises. Car, un gouvernement ne peut pas prétendre développer le pays en accordant de maigres ressources à l’Education, à l’Agriculture et à la Santé.

Les 5% alloués à ce secteur sont loin de couvrir le besoin de la population, exposée à de nombreuses maladies. Surtout quand on sait qu’en RDC, le problème des soins de santé primaires se pose avec acuité. Dans un pays où la quasi-totalité des infrastructures sanitaires sont en état de délabrement avancé, le gouvernement devrait allouer un budget conséquent. Une façon pour lui d’améliorer tant soit peu, les conditions sanitaires de quelque 60.000.000 de Congolais. Une telle démographie exige du gouvernement d’énormes moyens financiers pour faire face aux multiples problèmes sanitaires qui se posent au pays.

Image des formations sanitaires de la RDC

Il suffit de visiter les dispensaires, hôpitaux et autres centres de santé publics de la RDC, pour se rendre compte de la précarité du système sanitaire congolais. Le manque d’équipements de type moderne, la rareté des produits pharmaceutiques, les mauvaises conditions de travail du personnel médical… Tel est le dénominateur commun des formations médicales de la République démocratique du Congo. Ce qui nous pousse à dire que beaucoup de choses restent encore à faire dans ce secteur vital. Raison pour laquelle, le gouvernement congolais est appelé à sécuriser la population sur le plan sanitaire. Cela, en équipant régulièrement les formations médicales non seulement en matériel, mais aussi en produits pharmaceutiques. La réhabilitation des infrastructures sanitaires existantes s’avère également indispensable, sans oublier la construction de nouveaux hôpitaux là où ils n’existent pas encore. En dernière instance, le gouvernement a l’obligation d’améliorer les conditions de travail du personnel de santé. Une telle politique éviterait des mouvements de grève à répétitions pratiquées par les hommes et les femmes en blouses blanches.

Mais pour y arriver, il faut que l’enveloppe allouée à la Santé soit revue à la hausse dans les jours à venir. Car, la vie des fils de la République démocratique du Congo en dépend.

Par Albert tshiambi

Lire l'article original

Plus d'articles Congolais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

Congo-KinshasaSanté tropicale en R. D. Congo
Le guide de la médecine et de la santé en R. D. Congo


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !